LE FORUM DES CERCLOSOPHES
 
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section philosophie  Une définition de la philosophie   
 
Bas de pagePages : 1  
Membre désinscrit
   Posté le 01-05-2009 à 23:44:41   

Le mot philosophie (du grec ancien composé de « aimer » et « la sagesse, le savoir », c'est-à-dire littéralement « l'amour de la sagesse » ) désigne une activité millénaire dont la définition est pourtant assez ardue : la philosophie peut se présenter comme un savoir totalisant, une réflexion visant une interprétation globale du monde et de l'existence humaine, ou encore comme un questionnement. Différents buts lui ont été attribués, de la recherche de la vérité, du bien, ou du beau, à celle du sens de la vie, et du bonheur, mais plus largement, la constante recherche de la réflexion. Réfléchir, penser, confronter ses opinions à celles de personnes tierces. La philosophie peut également se concevoir comme une création, analyse ou méditation sur des concepts.

À la différence des sciences humaines, des sciences naturelles, et des sciences formelles auxquelles elle est et a été intimement liée, la philosophie n'a pas d'objets d'étude propre. Elle a toutefois une prédilection pour certains domaines tels la logique, l'éthique, la métaphysique, la philosophie politique et la théorie de la connaissance. D'autres disciplines se sont jointes plus récemment à ces branches fondamentales de la philosophie, comme la philosophie des sciences, encore appelée épistémologie, la philosophie de l'esprit, l'anthropologie philosophique, l'esthétique, la philosophie du droit ou la philosophie du langage.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Philosophie


Edité le 02-05-2009 à 01:36:46 par dimmu


Atil
37220 messages postés
   Posté le 02-05-2009 à 09:14:43               

Peut-être que la philosophie désigne actuellement une sorte de fourre-tout ou l'on range toutes les études qu'on ne sait pas ou ranger d'autre ?
Surtout les études abstraites, sauf si elles se rapportent trop directement aux maths et à la géométrie.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
Ase
7012 messages postés
   Posté le 14-10-2009 à 23:49:58            

Texte de Raphaël Enthoven , L'endroit du décor , éd. Gallimard 2009.

La Philosophie ne sert à rien, sinon à se méfier de ce qui paraît utile ou nécessaire. Elle exhume des mécanismes là où l'opinion désigne des coupables.

La philosophie ne guérit de rien, sinon du désir d'être malade : les hommes sont hypocondriaques car ils ne supportent pas d'avoir tort, et l'hypocondriaque finit toujours par avoir raison.

Ce n'est pas la pensée qui donne des raisons de vivre, mais la vie qui donne des raisons de penser. Mieux qu'une quête, la philosophie est une promenade, insouciante et attentive, dans l'inachevé, sous un ciel vide et sur un sol meuble.
" Quiconque aspire à quelque liberté de penser , dit Nietzsche, doit se priver pour un long temps du droit de se sentir autre chose qu'errant sur la Terre. Je ne dis pas un voyageur, car l'homme qui voyage se propose un but final. Or un tel but n'existe pas. L'errant doit bien observer, tenir ses yeux bien ouverts sur le train du monde; il doit donc interdire à son cœur toute attache un peu forte aux choses particulières, et toujours maintenir en lui cette humeur de vagabond, qu'amuse tout ce qui change et passe".

Le premier pas vers la sagesse est de renoncer à la sagesse, au profit de l'amour. Quand elle est sagesse de l'amour, et non plus amour de la sagesse, la philosophie n'enseigne que le réel.

La " quête d'un sens " est, au contraire, la version savante de l'assistanat, l'illusion de ceux qui, parce qu'ils se prennent au sérieux, ne s'en sortent pas sans un coup de pouce de l'état du monde. Qui tient son désir pour un but prouve, par une existence où - fatalement - le regret finit par l'emporter, que traquer le sens de la vie revient à témoigner contre elle.

La philosophie lézarde le dispositif précaire que nous mettons en place pour douter de mourir : pratiquer la philosophie a pour vertu de jeter du sable dans la mécanique de rétribution qui culmine avec le paradis et l'enfer.

Le réel est un secret que nul n'ignore, caché par nos simulacres, au premier rang desquels le voile sournois de la transparence. Parmi les masques, il y a celui de l'homme qui feint d'avancer à visage découvert. L'envers du décor n'est qu'un décor de plus, et les apparences sont, à ce titre, moins trompeuses que le sentiment d'être trompé par elles.

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section philosophie  Une définition de la philosophie   
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
Partenaires : créer chat
créer forum
   Hit-Parade