LE FORUM DES CERCLOSOPHES
LE FORUM DES CERCLOSOPHES
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section histoire et archéologie 

 le génome d'Otzi

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
massirio
388 messages postés
   Posté le 29-02-2012 à 23:47:50   Voir le profil de massirio (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à massirio   

Ötzi l'homme des glaces appartenait à l'haplogroupe G2a4 dont on trouve les fréquences maximum (entre 9% et 25%) aujourd'hui en Corse du Sud et dans le Nord de la Sardaigne. En revanche la fréquence de G2a4 n'excède pas 1% sur le continent.



D'un point de vue autosomal, la population actuelle la plus proche d'Ötzi est celle de la Sardaigne.



Ötzi existait probabblement à l'époque de la culture de Remedello, dans le Tyrol actuel. Son génome indique que les populations chalcolithiques du Tyrol étaient génétiquement proches des Sardes actuels, ce qui plaide en faveur de bouleversements génétiques en Europe à l'âge du bronze

--------------------
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5138 messages postés
   Posté le 01-03-2012 à 21:41:11   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

http://www.nature.com/ncomms/journal/v3/n2/full/ncomms1701.html

http://www.llam.lu/fileadmin/media/newsletter/Lactoselow.pdf

en fait otzi appartient à un groupe présent sud corse et sardaigne G2a4 pour Ydna du début du néolithique (Iétant le groupe identifier comme paléolithique pour l'Ydna : cromagnon) et pour le mito c'est K qui avec U représentent les lignées féminines du paléolithique.
Ces groupes I et U/K étaient prédominants et G (début du néolithique) en quantité plus faible, avant l'arrivée importante en Europe vers la fin du néolithique des Ydna R1b et MT dna H.
C'est groupe avaient un faible tolérance pour les lactoses à l'inverse des groupes plus récemment arrivé à la fin du néolithique.
Ce qui pourrait confirmer que les I étaient chasseurs cueilleurs, le G les premiers agriculteurs, et que R1b étaient des éleveurs.
Cela semble étrangement d'actualité encore de nos jours!


Edité le 02-03-2012 à 13:06:26 par martiko




--------------------
aime la littératures
xem
178 messages postés
   Posté le 03-03-2012 à 11:14:16   Voir le profil de xem (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à xem   

>Ce qui pourrait confirmer que les I étaient chasseurs cueilleurs, le G les premiers agriculteurs, et que R1b étaient des éleveurs.

Oui la densité R1B sur le littoral Atlantique correspond à la fréquence de l'hypolactosie favorisé par l'élevage plutôt que l'agriculture.
On ne peut dire le contraire avec le très faible intolérance des basques au lactose. Une des certitudes c'est qu'ils étaient éleveurs depuis au moins le bronze , vu la fréquence des tumulus et tumulus cromlech sur les parcours de transhumance.

http://www.llam.lu/fileadmin/media/newsletter/Lactoselow.pdf a l'air sérieux et a pignon sur rue , mais tout de même
Français du Nord 17% et français du sud 65% , il y a un loup non?

--------------------
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5138 messages postés
   Posté le 10-03-2012 à 22:25:43   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

xem a écrit :

>Ce qui pourrait confirmer que les I étaient chasseurs cueilleurs, le G les premiers agriculteurs, et que R1b étaient des éleveurs.

Oui la densité R1B sur le littoral Atlantique correspond à la fréquence de l'hypolactosie favorisé par l'élevage plutôt que l'agriculture.
On ne peut dire le contraire avec le très faible intolérance des basques au lactose. Une des certitudes c'est qu'ils étaient éleveurs depuis au moins le bronze , vu la fréquence des tumulus et tumulus cromlech sur les parcours de transhumance.

http://www.llam.lu/fileadmin/media/newsletter/Lactoselow.pdf a l'air sérieux et a pignon sur rue , mais tout de même
Français du Nord 17% et français du sud 65% , il y a un loup non?


Ils n'ont pas partagé la France en deux : nord/sud mais ils ont pris les régions nord (au nord de Paris) et la région méditerranéenne.

--------------------
aime la littératures
Stavroguine
Stavroguine
93 messages postés
   Posté le 14-03-2012 à 11:22:14   Voir le profil de Stavroguine (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Stavroguine   

Puisque vous parlez d'haplogroupes, quelqu'un sait pourquoi "DNA Forums" ne marche plus depuis au moins une semaine ?
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5138 messages postés
   Posté le 15-03-2012 à 11:51:56   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

Stavroguine a écrit :

Puisque vous parlez d'haplogroupes, quelqu'un sait pourquoi "DNA Forums" ne marche plus depuis au moins une semaine ?


nous nous sommes déjà posé la question avec Thersite, voir le topic dans la section archéologie ici.

--------------------
aime la littératures
massirio
388 messages postés
   Posté le 24-03-2012 à 10:45:01   Voir le profil de massirio (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à massirio   

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actualite-les-genes-mediterraneens-d-otzi-29240.php


Les gènes méditerranéens d'Ötzi

Le génome d'Ötzi, le célèbre « homme des glaces », vient d'être entièrement séquencé. Les analyses suggèrent qu'Ötzi appartenait à la première vague de paysans néolithiques méditerranéens, dont les traces génétiques semblent s'être partiellement maintenues en Corse et en Sardaigne.
François Savatier
Musée d'archéologie de Bolzano
Musée d'archéologie de Bolzano

Une reconstruction de l'apparence qu'aurait pu avoir Ötzi peu avant sa mort violente.
À voir aussi
Nature
Nature

Une sous-séquence du génome complet non sexuel a été caractérisée à partir de deux paramètres principaux bien choisis. La séquence d'Ötzi se retrouve en bas à gauche (point noir). Elle est entourée par les points rouges et oranges correspondant aux populations du Sud de l'Europe.
Nature
Nature

La fréquence du sous-haplogroupe G2a4-L91 est inférieure à un pour cent presque partout en Europe, mais atteint 9 pour cent en Sardaigne et 25 pour cent en Corse. Du moins est-ce le cas pour un échantillons de 8 000 Européens, qui n'inclut pas les Basques. Reste à voir si ces résultats persisteront avec un échantillon plus large, et comprenant en particulier les Basques, réputés avoir des origines européennes prénéolithiques.
L'auteur
François Savatier est journaliste à Pour la Science.

Ötzi, un lointain cousin des Sardes et des Corses ? La première analyse du génome de cet homme de la fin du néolithique, retrouvé dans un glacier à la frontière italo-autrichienne en 1991, montre qu'il portait des gènes qui se retrouvent aujourd'hui le plus fréquemment au Nord de la Sardaigne et au Sud de la Corse.

Autour d'Albert Zink, de l'Institut pour les momies et l'homme des glaces de Bolzano, en Italie, une équipe internationale, comprenant Jacques Chiaroni, Julie Dicristofaro et Stéphane Mazières de l'Université de Méditerranée, vient d'achever le séquençage du génome d'Ötzi, et a entamé son analyse. Les chercheurs ont d'abord recherché une affinité entre les gènes autosomes d'Ötzi (les gènes issus des chromosomes non sexuels) et ceux de diverses populations contemporaines de la péninsule Arabique, de l'Afrique du Nord et de l'Europe. L'affinité est plus grande avec les gènes autosomes de la population du Sud de l'Europe, notamment avec l'échantillon de gènes italiens ; et parmi ces derniers, elle est maximale avec l'échantillon de gènes sardes. Or les gènes d'une population insulaire sont moins susceptibles d'avoir été brassés au cours des millénaires que ceux d'une population continentale.

Pour vérifier cette interprétation, les chercheurs ont exploité le fait qu'Ötzi est porteur de l'haplogroupe G2a. Cet ensemble de gènes du chromosome Y constitue un marqueur génétique qui serait issu d'une mutation survenue il y a plus de 10 000 ans au Proche-Orient. Il serait ensuite parvenu en Europe avec les premiers paysans néolithiques, qui ont pénétré en Europe par deux voix, l'une danubienne et l'autre méditerranéenne. De fait, la fréquence de l'haplogroupe G2a est maximale dans le Caucase, où les montagnes pourraient avoir favorisé le maintien de populations anciennes, non loin du début de l'axe danubien. Elle est aussi importante en Italie (11 pour cent de la population), pays au centre de la voie méditerranéenne de « néolithisation ».

Les chercheurs ont situé Ötzi dans l'arbre phylogénétique des sous-groupes de l'haplogroupe G et constaté qu'il est porteur du sous-haplogroupe G2a4-L91. Or il s'agit là d'un marqueur génétique rare puisque, d'après les données disponibles, sa fréquence n'excède guère un pour cent en Europe (y compris en Italie et en Sicile). Excepté en Sardaigne du Nord, où elle est de 9 pour cent, et en Corse du Sud, où elle atteint 25 pour cent !

Qu'en conclure ? Les archéologues ont établi que la Corse et la Sardaigne ont été colonisées pour la première fois il y a quelque 8 000 ans par des paysans venus d'Italie. C'est à peu près à cette époque que d'autres paysans créent le plus ancien village néolithique connu en France, à deux pas de l'actuel emplacement de la Gare Saint-Charles à Marseille. En France, ce courant méditerranéen va fusionner avec le courant danubien pour donner il y a 7 200 ans la culture chasséenne. Présente en Suisse, en Italie, dans les îles tyrrhéniennes (Corse et Sardaigne) et dans le Nord de l'Espagne, cette culture est caractérisée par une structuration forte du territoire entre des tribus. Cela n'empêche pas, toutefois, d'intenses échanges économiques au long cours. Les mines d'obsidienne de Sardaigne, par exemple, donnent lieu à une véritable industrie et à un commerce jusque notamment dans tout le Sud de la France.

Vers 3 500 avant notre ère, cependant, le complexe chasséen est remplacé par un pavage d'entités culturelles plus petites, interconnectées par les réseaux de diffusion des premières métallurgies (or et cuivre). De fait, Ötzi a été retrouvé en possession d'une hache de cuivre, typique de la culture du lac de Mondsee, au Nord des Alpes et en Haute Autriche. Pour autant, il est plausible que malgré d'éventuelles migrations, le patrimoine génétique des paysans du lac de Mondsee était encore proche de celui de la première vague de paysans méditerranéens, devenue chasséenne. Sa proximité génétique avec les habitants actuels des îles tyrrhéniennes, où s'est étendue la culture chasséenne, suggère que l'homme des glaces portait un génome typique des premiers paysans méditerranéens d'Europe. Toutefois, le patrimoine génétique de ces premiers paysans méditerranéens a ensuite été brassés avec ceux des populations mésolithiques, des paysans danubiens, puis de tous les peuples venus s'amalgamer en Europe pendant cinq millénaires…

Le même phénomène s'est produit dans une moindre mesure en Corse et en Sardaigne, mais l'isolement relatif de ces îles y aurait conduit à une plus grande conservation des chromosomes Y chasséens. Cela explique peut-être que certains des gènes des chromosomes sexuels d'Ötzi ne sont nulle part aussi fréquents en Europe qu'en Corse ou qu'en Sardaigne.

--------------------
xem
178 messages postés
   Posté le 24-03-2012 à 11:28:14   Voir le profil de xem (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à xem   

très intéressant massirio
ce que je retiendrait c'est que la Corse et la sardaigne , du fait de leur insularité ont gardé le G2a chasseen c'est pas mal.
Ailleurs du fait du brassage des peuples pas forcement brutal les gènes se sont mélangés.
En aucun cas on ne peut tirer des conclusions du passé avec les génomes actuels.

--------------------
thersite
Malheureux qui comme Thersite est incompris.
thersite
660 messages postés
   Posté le 24-03-2012 à 12:03:12   Voir le profil de thersite (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à thersite   

massirio a écrit :

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actualite-les-genes-mediterraneens-d-otzi-29240.php


Les gènes méditerranéens d'Ötzi

Le génome d'Ötzi, le célèbre « homme des glaces », vient d'être entièrement séquencé. Les analyses suggèrent qu'Ötzi appartenait à la première vague de paysans néolithiques méditerranéens, dont les traces génétiques semblent s'être partiellement maintenues en Corse et en Sardaigne.
François Savatier
Musée d'archéologie de Bolzano
Musée d'archéologie de Bolzano

Une reconstruction de l'apparence qu'aurait pu avoir Ötzi peu avant sa mort violente.
À voir aussi
Nature
Nature

Une sous-séquence du génome complet non sexuel a été caractérisée à partir de deux paramètres principaux bien choisis. La séquence d'Ötzi se retrouve en bas à gauche (point noir). Elle est entourée par les points rouges et oranges correspondant aux populations du Sud de l'Europe.
Nature
Nature

La fréquence du sous-haplogroupe G2a4-L91 est inférieure à un pour cent presque partout en Europe, mais atteint 9 pour cent en Sardaigne et 25 pour cent en Corse. Du moins est-ce le cas pour un échantillons de 8 000 Européens, qui n'inclut pas les Basques. Reste à voir si ces résultats persisteront avec un échantillon plus large, et comprenant en particulier les Basques, réputés avoir des origines européennes prénéolithiques.
L'auteur
François Savatier est journaliste à Pour la Science.

Ötzi, un lointain cousin des Sardes et des Corses ? La première analyse du génome de cet homme de la fin du néolithique, retrouvé dans un glacier à la frontière italo-autrichienne en 1991, montre qu'il portait des gènes qui se retrouvent aujourd'hui le plus fréquemment au Nord de la Sardaigne et au Sud de la Corse.

Autour d'Albert Zink, de l'Institut pour les momies et l'homme des glaces de Bolzano, en Italie, une équipe internationale, comprenant Jacques Chiaroni, Julie Dicristofaro et Stéphane Mazières de l'Université de Méditerranée, vient d'achever le séquençage du génome d'Ötzi, et a entamé son analyse. Les chercheurs ont d'abord recherché une affinité entre les gènes autosomes d'Ötzi (les gènes issus des chromosomes non sexuels) et ceux de diverses populations contemporaines de la péninsule Arabique, de l'Afrique du Nord et de l'Europe. L'affinité est plus grande avec les gènes autosomes de la population du Sud de l'Europe, notamment avec l'échantillon de gènes italiens ; et parmi ces derniers, elle est maximale avec l'échantillon de gènes sardes. Or les gènes d'une population insulaire sont moins susceptibles d'avoir été brassés au cours des millénaires que ceux d'une population continentale.

Pour vérifier cette interprétation, les chercheurs ont exploité le fait qu'Ötzi est porteur de l'haplogroupe G2a. Cet ensemble de gènes du chromosome Y constitue un marqueur génétique qui serait issu d'une mutation survenue il y a plus de 10 000 ans au Proche-Orient. Il serait ensuite parvenu en Europe avec les premiers paysans néolithiques, qui ont pénétré en Europe par deux voix, l'une danubienne et l'autre méditerranéenne. De fait, la fréquence de l'haplogroupe G2a est maximale dans le Caucase, où les montagnes pourraient avoir favorisé le maintien de populations anciennes, non loin du début de l'axe danubien. Elle est aussi importante en Italie (11 pour cent de la population), pays au centre de la voie méditerranéenne de « néolithisation ».

Les chercheurs ont situé Ötzi dans l'arbre phylogénétique des sous-groupes de l'haplogroupe G et constaté qu'il est porteur du sous-haplogroupe G2a4-L91. Or il s'agit là d'un marqueur génétique rare puisque, d'après les données disponibles, sa fréquence n'excède guère un pour cent en Europe (y compris en Italie et en Sicile). Excepté en Sardaigne du Nord, où elle est de 9 pour cent, et en Corse du Sud, où elle atteint 25 pour cent !

Qu'en conclure ? Les archéologues ont établi que la Corse et la Sardaigne ont été colonisées pour la première fois il y a quelque 8 000 ans par des paysans venus d'Italie. C'est à peu près à cette époque que d'autres paysans créent le plus ancien village néolithique connu en France, à deux pas de l'actuel emplacement de la Gare Saint-Charles à Marseille. En France, ce courant méditerranéen va fusionner avec le courant danubien pour donner il y a 7 200 ans la culture chasséenne. Présente en Suisse, en Italie, dans les îles tyrrhéniennes (Corse et Sardaigne) et dans le Nord de l'Espagne, cette culture est caractérisée par une structuration forte du territoire entre des tribus. Cela n'empêche pas, toutefois, d'intenses échanges économiques au long cours. Les mines d'obsidienne de Sardaigne, par exemple, donnent lieu à une véritable industrie et à un commerce jusque notamment dans tout le Sud de la France.

Vers 3 500 avant notre ère, cependant, le complexe chasséen est remplacé par un pavage d'entités culturelles plus petites, interconnectées par les réseaux de diffusion des premières métallurgies (or et cuivre). De fait, Ötzi a été retrouvé en possession d'une hache de cuivre, typique de la culture du lac de Mondsee, au Nord des Alpes et en Haute Autriche. Pour autant, il est plausible que malgré d'éventuelles migrations, le patrimoine génétique des paysans du lac de Mondsee était encore proche de celui de la première vague de paysans méditerranéens, devenue chasséenne. Sa proximité génétique avec les habitants actuels des îles tyrrhéniennes, où s'est étendue la culture chasséenne, suggère que l'homme des glaces portait un génome typique des premiers paysans méditerranéens d'Europe. Toutefois, le patrimoine génétique de ces premiers paysans méditerranéens a ensuite été brassés avec ceux des populations mésolithiques, des paysans danubiens, puis de tous les peuples venus s'amalgamer en Europe pendant cinq millénaires…

Le même phénomène s'est produit dans une moindre mesure en Corse et en Sardaigne, mais l'isolement relatif de ces îles y aurait conduit à une plus grande conservation des chromosomes Y chasséens. Cela explique peut-être que certains des gènes des chromosomes sexuels d'Ötzi ne sont nulle part aussi fréquents en Europe qu'en Corse ou qu'en Sardaigne.


C'est un article tout à fait raisonnable
La codification ISOGG a été remaniée en début d'année surtout pour tenir compte de la volonté récente d'ISOGG de supprimer les clades familiaux de sa codification
- G2a4-L91 est maintenant G2a2b-L91

- C'est 9% pour l'extrémité nord de la Sardaigne et 25 pour cent pour le sud-ouest de la Corse, environ la région d'Ajaccio.
Avant cette étude, il n'y avait qu'une douzaine de cas connus de G-L91 , aucun en Sardaigne et Corse. Ils étaient dispersé en Europe et un en Iran nommé Bachktiari comme le peuple du Louristan Iranien.

Voir le projet haplogroupe G de FTDNA, voir G2a2b, G2a2b1, G2a2b2.
http://www.familytreedna.com/public/G-YDNA/default.aspx?vgroup=G-YDNA&section=ycolorized

- Je tendrais à penser qu'on s'exagère la rapidité de la fusion des groupes nouveaux venus porteurs des hgs G, J, E, T avec les descendants des mésolithiques et qu'ils se sont en général distingués ethniquement pendant plusieurs siècles, peut-être jusqu'à l'age du bronze, même s'il y a eu certainement des mélanges locaux avant. En Europe actuel, nous connaissons bien les Juifs et les Gitans qui ont gardé longtemps leur particularisme.

Je penserais volontiers que ces groupes, particulièrement les G, se sont différenciés par une plus rapide connaissance de la métallurgie et par des traits culturels, comme l'enterrement en grotte, l'édification de stèles et statues menhirs et probablement l'initiation du premier campaniforme.

Le lien entre présence de G et métallurgie du cuivre a déjà été noté, mais je pense qu'on peut aussi envisager un lien, avec les cultures de stèles et statues-menhirs du Languedoc-Rouergue, du sud de la Corse (Filatosa et autres) et peut-être aussi de certaines vallée alpines du domaine des futurs Camuniens et Rhètes en Italie du nord, Suisse alpine et Tyrol) où il y a des localisations actuellles de G2a.

Pour le Campaniforme, on peut faire un lien pour ces plus anciennes dates avec des fréquences entre 5 et 15% de G au Portugal. On ne connait pas réellement les fréquences de G au Languedoc et dans la basse vallée du Rhone, mais Toscane cotière, Sardaigne et Corse du sud furent des colonies campaniformes et connaissent une importante fréquence de G2a et pas seulement de G2a2b (ex G2a4).

Enfin les cimetières dans des grottes pour des populations plus voyageuses, commerçantes et artisanales contrairement aux indigènes qui utilisent les dolmens de leurs communautés villageoises, pourraient très bien expliquer que les quelques cas actuels d'anciens adn-y soient à dominante G alors que le premier R1b trouvé daterait de 1000avJC. Ancien R1a trouvé est plus vieux, datant du cordé vers 3000-2500avJC en Saxe.

3 sites avec G2a3 avec ancien G :

- Un site rubanéf à Derenburg dans le nord du Harz en Saxe-Anhalt vers 5000avJC avec un G2a3 .

- Le site de la grotte de Treilles près de Roquefort et Millau vers 3000avJC où une douzaine de G2a-P15 et deux I2a1-L26 (hg particulièrement nombreux 40% en Sardaigne surtout concentré dans le centre montagneux alors que G est plus nombreux (15% pour toute la Sardaigne) dans le nord-est face à la Corse et la Toscane. Cela indiquerait peut-être une famille G2a et 2 alliés I2A, tous venus de Sardaigne avec le commerce de l'obsidienne dans le cadre de mouvements pré-campaniformes. Le premier campaniforme n'étant que l'expression commune de populations parentes dispersées sur les cotes de la Méditerranée occidentale et portugaises.
Ensuite les cultures campaniformes, comme chasséennes avant elles, se sont diffusés par les côtes et les fleuves et ont fait des émules dans des populations d'origine différentes, avec très peu d'hg G.

- La grotte de Cogolls-Covellaner près de Figueras en Catalogne avec des G2a-P15 et un E1b1b-V13 de 5000avJC (Cardial).
Cette grotte,ainsi que la grotte saxonne indiquerait qu'il y a 2 expansions de G avec certainement des sous-haplogroupes différents, une liée aux Rubanés danubien qui a d'abord remonté le Danube depuis la Mer Noire, une autre liée au Cardial méditerranéen qui se relie aux fréquences importantes de G à Chypre et en Crète. Il est difficile de dire si ces mouvements sont liés étroitement au rubané et au cardial ou sont des mouvements parallèles qui les ont accompagnés ou suivis.


Edité le 24-03-2012 à 13:10:57 par thersite




--------------------
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5138 messages postés
   Posté le 24-03-2012 à 12:29:48   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

ils ont aussi identifié que Ötzi avait les cheveux et les yeux très bruns et ne tolérait pas les lactoses.

--------------------
aime la littératures
Stavroguine
Stavroguine
93 messages postés
   Posté le 30-03-2012 à 10:45:15   Voir le profil de Stavroguine (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Stavroguine   

Pour info, une expo (qui m'a l'air bien nulle) est consacrée à notre pote : http://www.hominides.com/html/exposition/otzi-homme-glace-paleosite-0584.php
jmar89
le doute nous libère
3 messages postés
   Posté le 19-04-2012 à 11:44:01   Voir le profil de jmar89 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à jmar89   

Bonjour, je me permets de revenir sur cette malédiction/fait divers. C'est vrai que c'est intriguant, mais je pense surtout que c'est une extrapolation médiatique. J'ai trouvé cette video qui traite de la momie otzi, et je voulais vous en faire part.

Qu'en pensez-vous ?

http://www.lazarus-mirages.net/momie

--------------------
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5138 messages postés
   Posté le 19-04-2012 à 22:10:05   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

n'empêche que je suis toujours vivant comme des millions de personnes qui n'ont jamais côtoyé notre copain Ötzi, et si il m'entend je le salue...Haaaaarrrrkkkk......bups................


Edité le 20-04-2012 à 22:40:45 par martiko




--------------------
aime la littératures
jmar89
le doute nous libère
3 messages postés
   Posté le 20-04-2012 à 15:40:33   Voir le profil de jmar89 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à jmar89   

8 eme victime !la malediction s'averait vrai !

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section histoire et archéologie  le génome d'OtziNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum