Sujet :

Ce qui est affirmé sans preuve, peut être nié sans

Atil
   Posté le 03-12-2018 ŕ 10:31:07   

"Ce qui est affirmé sans preuve, peut être nié sans preuve." (Euclide)

Ceci est-il valable ?
nat
   Posté le 05-12-2018 ŕ 00:53:51   

oui
Atil
   Posté le 05-12-2018 ŕ 11:15:45   

Imaginons un peu qu'Einstein se soit contenté d'affirmer que E=MC2 mais en refusant d'en divulguer la démonstration.
Il aurait donc émis une affirmation sans preuve.
Aurait-on alors pu nier son affirmation sans employer de preuve non plus ?
C'est à dire, alors, qu'on aurait nié que E=MC2.
Et pourtant ce serait une erreur puisque E=MC2 est vrai.

Donc "ce qui est affirmé sans preuve, peut être nié sans preuve" me semble un raisonnement erroné."
Ou, probablement, il est mal traduit en français.

Ce n'est pas le contenu de l'affirmation qui est nié, c'est la forme de l'affirmation qui est repoussée.
L'affirmation n'est pas fausse, elle est non-valide dans sa présentation.
nat
   Posté le 06-12-2018 ŕ 20:58:46   

sans preuve tout peut etre nié ou affirmé
c'est le contenu de l'information qui peut etre affirmé ou nié
ce n'est pas pour autant qu'elle sera juste ou fausse donc a affirmer ou a nier.
rien a voir avec ce processus.
le point n'est ps plutot de savoir si l'on doit croire ou bien plutôt si l'on doit avoir des preuves de tout pour être sur.
(je reprends ton exemple d'einstein. devrais avoir foi en liu sans preuve d'affirmation ou négation?
Atil
   Posté le 06-12-2018 ŕ 22:57:34   

Pour moi, tant qu'on n'a pas de preuves, il est dénué de sens d'affirmer tout comme de nier.
Atil
   Posté le 06-12-2018 ŕ 22:57:50   

Ce qui est affirmé sans preuve, peut être nié sans preuve.

La formule originale est la locution latine : « Quod gratis asseritur gratis negatur. » (« Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve. »), formule régulièrement utilisée depuis au cours du XIXe siècle.

On peut rapprocher cela de : "La charge de la preuve repose sur celui qui procède à une affirmation" : C'est à celui qui affirme une chose extraordinaire de prouver son affirmation. Ce n'est pas à ceux qui ne le croient pas de chercher à infirmer son affirmation.

J'aime mieux cette autre formule car elle ne dit pas qu'on nie l'affirmation non-prouvée mais simplement qu'on demande à celui qui la posée de la prouver lui-même.

Cela dit je trouve que ce genre de formule n'a pas d'application logique mais plutôt économique : On n'a pas à perdre du temps, de l'énergie et de l'argent à tester les théories des autres. C'est à chacun de tester sa propre théorie.

Ca me fait penser au fameux "rasoir d'Ockham" qui dit qu'"Il ne faut pas multiplier inutilement les entités".
Pour expliquer un phénomène étrange il faut d'abord se servir de tout ce qui est connu. Seulement ensuite, si on a échoué, on peut tenter de créer des explications employant des choses hypothétiques.
La aussi il s'agit d'une formule non pas logique mais économique : On commence d'abord à chercher dans le connu et ensuite seulement on peut aller chercher plus loin. Ca permet de gagner de l'énergie, du temps et de l'argent, car la solution se trouve plus souvent dans le connu et plus rarement dans l'inconnu.
nat
   Posté le 09-12-2018 ŕ 00:39:16   

tout à fait,
société capitalisme et le temps c'est de l'argent.

par contre, ca se trouve, on rate souvent de bonnes infos a demander a ce que tout soit prouver par celui qui affirme.
Clairement moins de perte de temps mais clairement plus de perte d'horizon.

Galilée a-t-il prouver que la terre etait ronde avant de l'affimer? Et si oui, l'as't'on cru malgré ses preuves???

sacré monde ou l'on vit
Atil
   Posté le 09-12-2018 ŕ 11:21:26   

Vouloir des infos plus nombreuses mais moins prouvées, c'est instaurer le règne des fake-news.