LE FORUM DES CERCLOSOPHES
LE FORUM DES CERCLOSOPHES
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section actualité 

 Liberté de la presse

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Atil
Atil
33890 messages postés
   Posté le 11-07-2005 à 08:12:09   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   https://atil.pagesperso-orange.fr/   Envoyer un message privé à Atil   

Je ne sais pas si vous avez entendu parler de cette femme-journaliste qui a été arrétée (aux USA je crois) parcequ'elle avait révélé l'identité d'un agent secret et qu'elle refusait de dire d'ou venait sa source.

Pensez-vous que son arrestation est juste ou injuste ?

Y a-t-il des limites à la liberté de la presse ?

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
Papy39
Tout réussit ,faut pas s\'éffrayer
Papy39
649 messages postés
   Posté le 12-07-2005 à 09:56:00   Voir le profil de Papy39 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Papy39   

le pays de la liberté , ou il faut surtout fermer se gueule


--------------------
On devrait toujours se voir comme des gens qui vont mourir le lendemain.
C'est ce temps qu'on croit avoir devant soi qui vous tue.

Elsa Triolet
Zig
Zig
1856 messages postés
   Posté le 12-07-2005 à 18:47:27   Voir le profil de Zig (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Zig   

Aller, pour stimuler la réflexion, une petite chronique de RTL :


Un Monde en question 12/07/05 - Isabelle Dath


L'affaire Judith Miller

La semaine dernière une journaliste du New York Times a été emprisonnée parce qu'elle avait refusé de dévoiler ses sources et cette semaine l'affaire prend une tournure nettement plus politique.

Non, mais vous savez que cette affaire est de plus en plus abracadabrante pour ne pas dire abracadabrantesque ! Parce que vous avez raison, Judith Miller a refusé de dévoiler ses sources, mais sur une enquête dont elle n'a jamais écrit la moindre ligne. C'est quand même un peu fort !
Alors, on rappelle un peu l'histoire : Bush envoie au Niger un ambassadeur pour enquêter sur un trafic d'uranium à destination de Bagdad. Vous vous souvenez, c'était un des arguments qu'il a utilisé pour justifier sa guerre, y compris dans son discours sur l'état de l'union. Manque de chance, Wilson arrive à la conclusion inverse, que ce ne sont que des sornettes, que la menace irakienne est très exagérée, et il l'écrit dans le New York Times. Hystérie dans le camp républicain. Et c'est là que démarre ce qui n'est qu'un vulgaire règlement de compte entre l'administration Bush et un homme à qui l'histoire a finalement donné raison. Une semaine plus tard, un éditorialiste très conservateur, citant deux sources gouvernementales, révèle que la femme de Wilson est un agent de la CIA. Histoire de le déstabiliser, et au passage de ruiner la carrière de madame. Sauf qu'en grillant la couverture d'une espionne, il commet un crime fédéral. Le magazine Time reprend l'info sur son site internet. Judith Miller, elle, enquête sans rien publier. Seulement voilà, c'est elle qui est en taule. Ce n'est ni l'éditorialiste qui a vendu la mèche, ni son confrère de Time qui l'a lâchée en rase campagne, en révélant ses sources, ni surtout le mouchard. Le vrai coupable qui ne serait autre que Karl Rove, le gourou de Bush, son cerveau dit-on, un grand spécialiste des coups tordus. Peut être le coup de trop.


Le débat sur la protection des sources est relancé.

Et paradoxalement, il est relancé à travers le cas de cette journaliste qui s'est faite intoxiquer dans les grandes largeurs sur la présence d'armes en Irak, obligeant son journal à faire un mea culpa. Mais ce n'est pas le sujet du jour. Il faut revenir sur les principes. Si les journalistes ne peuvent plus garder la confidentialité, ils ne peuvent plus travailler. La personne qui veut dénoncer un scandale, ne le fera plus, si elle risque de voir son nom étalé dans les journaux. Et sans protection des sources, la presse ne peut pas jouer son rôle de contre pouvoir. Or, qu'on le veuille ou non, elle reste un des piliers indispensables à l'équilibre d'une démocratie. Autrement, expliquez moi pourquoi la majorité les journalistes dans les pays totalitaires croupissent en prison ? C'est bien parce qu'ils sont vus comme une menace. C'est un très mauvais exemple que donne l'Amérique dont on se demande ce qu'elle a fait de son premier amendement de la constitution, qu'elle dégaine à tout bout de champ. Au début de sa carrière, Thomas Jefferson, le père de cette constitution, disait qu'il valait mieux vivre dans un pays sans gouvernement, que dans un pays sans presse libre. Croyez moi, aujourd'hui, il doit se retourner dans sa tombe.

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section actualité  Liberté de la presseNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum