LE FORUM DES CERCLOSOPHES
LE FORUM DES CERCLOSOPHES
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section histoire et archéologie 

 Les origines des premiers peuplements américains

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Zig
1853 messages postés
   Posté le 17-11-2004 à 23:19:46   Voir le profil de Zig (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Zig   

Il est à peu près admis que la couche de fond de la population américaine est asiatique, mongoloïde. Ce type racial serait arrivé par le détroit de Behring à une époque indéterminée car elle fluctue au rythme des découvertes qui reculent chaque jour davantage la date du peuplement de l’Amérique. Comme le passage par Behring est un dogme absolu, on laisse le soin aux glaciologues de faire cadrer ces dates d’arrivées, de plus en plus anciennes avec les possibilités de passage offertes par la Behringie. Ces cadrages et recadrages successifs sont un exercice difficile, parfois acrobatique et souvent contestable qui démontrent qu’au fond, on n’est sûr de rien et que le fameux dogme n’aurait jamais dû rester qu’une hypothèse.

Devant ce flot de contradictions et d’incertitudes, des chercheurs sérieux ont cherché et trouvé des itinéraires migratoires et des voies de passage bien plus probantes. De plus, la majorité de ces chercheurs estiment que d’autres vagues de peuplement, non asiatiques, ont déferlé sur l’Amérique à différentes époques, certaines vagues précédant les mongoloïdes. La date du peuplement de l’Amérique, établie encore comme un dogme à – 10.000 n’est plus aujourd’hui recevable, elle fut reculée d’abord aux alentours de - 20.000 puis enfin à - 50.000. Des dates plus hautes, aujourd’hui encore contestées, laissent entrevoir une date de - 100.000 qui sera, un jour ou l’autre, sans doute dépassé. A Mount Calico (Californie) daté de 80.000, on a relevé des traces jusqu’à - 200.000 ans. Étant donné les incertitudes qui pèsent encore sur ces hautes dates, nous nous en tiendrons à celle, raisonnable, de - 50.000 suffisante pour notre exposé.

Or il est difficile d’admettre un peuplement mongoloïde de l’Amérique aux alentours de - 50.000 pour la bonne raison que le type mongol ne s’était pas encore formé en Asie, à la date de - 20.000. Ce type mongol est probablement issu d’un type plus ou moins Ouralo-Altaïque, ressemblant à peu près au type Aïnous, qui aurait, à la suite d’une adaptation à un environnement et à des conditions climatiques différentes, évolué vers le type mongol actuel. On a constaté chez les Ouralo-Altaïques, que suivant l’espace géographique qu’ils occupent, ils sont plus mongoloïdes à l’Est et plus européens à l’Ouest. Le même constat a été fait chez les Polynésiens qui attestent un appauvrissement génétique d’Ouest en Est ; Le processus est identique dans d’autres parties du monde. On peut considérer avec beaucoup de vraisemblance, que de - 30.000 à - 20.000, le type mongol et le type caucasoïde ”européen” n’étant pas encore formé suivant les critères actuels, devait émaner d’un type ouralo-altaïque ayant quelque ressemblance avec les Aïnous actuels, qui, entre temps, ont eux-mêmes évolués.

Au type, déjà beaucoup plus ancien, de l’Asie du sud-est, de l’Inde, Australie, Nouvelle Guinée, etc.. aux environs de 40.000 pourrait correspondre un type représenté encore aujourd’hui par les Vaddas, Négritos, Mundas et Australoïdes, ces types ayant eux-mêmes subis une évolution notable. Rien n’interdit de supposer que ce vieux fond Aïnous primitif et Ouralo-Altaïque soit issu, il y a quelques milliers d’années en arrière de ce vieux fond Veddoïde et noir. D’autant plus que l’antériorité de la race noire sur toutes les autres est aujourd’hui bien étayée et à peu près assurée. Déjà, Anta DIOP, avec beaucoup de clairvoyance écrivait : ”L’origine de l’humanité est, selon toute probabilité, monogénétique. L’adaptation de l’Homo Sapiens aux différents environnements, a entre autres changements, modifié l’apparence de la population humaine selon les continents et fixé l’aspect extérieur des races telles qu’elles existent aujourd’hui”.

Ce processus, quelque peu schématique, a de fortes chances de cerner la vérité d’assez près et d’envisager le peuplement de notre planète par l’homme selon des conceptions différentes de celles entrevues il y a quelques décennies à peine. En ce qui nous concerne, ces nouvelles données étayent convenablement notre hypothèse. Ainsi, on constate que pour la période de - 20.000, les restes exhumés en Chine Mongole n’ont rien de mongol, d’Asiatique ou de Brachycéphale ; Au contraire, ils sont tous Dolycho. A la même époque en Amérique, il n’y a pas, à proprement parler de Brachy mais seulement des Dolycho (crânes de Laguna, Midland, etc...).

On peut encore citer un autre cas, celui des grands Indiens de la prairie. Ils n’ont rien de Mongoloïde et dérivent en droite ligne de l’homme de Cro-Magnon qui, suivant les troupeaux de rennes vers le Grand Nord et passé ainsi en Amérique il y a environ 15.000 ans. Il était important de faire, même schématiquement, le point sur le peuplement de l’Amérique avant d’aborder le peuplement de l’Amérique par les Australoïdes. De nombreux auteurs n’accordent aux 3 dogmes des Américanistes déjà indiqués qu’une attention amusée et vont bien au-delà dans leurs recherches. Tous considèrent que le premier peuplement de l’Amérique et Australoïde. On en parle moins que des migrations mongoles, alors qu’elles sont aussi bien, sinon mieux étayées. De nombreux travaux cependant en font état et nous nous contenterons ici de nous y référer en les résumant dans un scénario de peuplement très ancien et bien réel. De nos jours, on peut citer par exemple, les travaux de Carter qui débouchent sur le constat que les 3 premières vagues de peuplement de l’Amérique sont dues aux Australoïdes.

Lorsqu’on parle d’Australoïdes, il faut se rendre compte qu’à ces époques reculées de - 50.000 / - 40.000, étaient Australoïdes les continents de Sunda, Wallacee, Sahul, l’Afrique et enfin tout le Sud- Est asiatique, un Sud-Est qui, finalement, s’enfonçait profondément jusqu’en Asie Centrale, ainsi que le sous-continent indien et le Japon. On peut donc supposer que les Australoïdes d’Asie aient pu remonter à travers l’Asie et passer ainsi en Amérique, par l’Alaska par exemple, ou par d’autres voies. On constate d’ailleurs que la civilisation des Nuclei Américaine est une suite logique de celles connues antérieurement en Asie : Le Soanien de l’Inde, Tampanien de Malaisie, Choukoutien de Chine, Anathien de Birmanie, Patjitanien de Java ou les industries similaires d’Australie mais aussi du Japon.

A très haute époque, c’est cette civilisation des Nucléi, pas encore asiatique ni mongole, mais bien Australoïde, qui serait passée en Amérique. Des migrations auraient même pu venir par le Japon, les Kouriles, l’Alaska ou par d’autres voies, plus nombreuses qu’il n’y parait et aussi possibles si ce n’est plus, que l’autoroute de Behring... Certes les Australoïdes venus en Amérique par l’Asie ou le Japon, voilà qui bouscule quelque peu le dogme Behring. A propos du Japon à teinte Australoïde, soulignons que les sites de JWAJUKU (- 40.Q00) OKINAWA (- 32.000), etc... étaient contemporains des sites de Sahul/Sunda/Wallace et présentent un outillage apparenté, que d’autre part les migrations au départ ou avec escale au Japon étaient parfaitement possibles à ces époques.

Pour le principe, donnons quelques dates américaines de la civilisation des Nucléi : Lewisville (- 33.000) Tulé Springs (- 22.000) Santa Rosa (- 25.000) La Jolla (- 20.000). Au Mexique on a des dates plus récentes avec COHAHUILA (accompagné d’un crâne dolycho, Australoïde) Jalisco, Hidalgo ; au Venezuela El Jobo (- 15.000) Muaco (- 13.000) ; Équateur, Piunin accompagné d’un crâne dolycho, Australoïde. Les Nucléi sont encore présents en Uruguay, Chili, Argentine, Patagonie. En fait, partout où nous allons rencontrer la présence Australoïde, et partout des similitudes apparaissent avec les techniques des faciès asiatiques. Les migrations Asie/Amérique par les voies développées plus haut doivent donc retenir tout notre attention.

Le peuplement Australoïde de l’Amérique à l’époque préhistorique peut aussi s’expliquer par d’autres voies de migrations, nous en verrons deux essentielles. Dans le processus de peuplement Australoïde de l’Amérique, non peut prendre pour base de départ, le type LAGIDE et les types similaires (Brasilides, Sylvides, Margides) qui constituent la plus grande partie de l’ancien groupe Dolycho Australoïde qui occupa en premier le sol américain. Le LAGIDE de Lagoa Santa est corroboré par des trouvailles similaires : crânes de CONFINS, CANDONGA, PALLIKE, FELL, COAHUILA, PIUNIN, PALTACALLO, Homme de LAURICOCHA (- 9.800) Crâne d’OTAVALLO (Équateur) (- 28.000) etc... Les dates voisines ou éloignées, attestant que la race Australoïde a perduré de nombreux millénaires sur ce continent, ou qu’il y eut des migrations à diverses époques, les deux hypothèses étant sans doute probables.

Ces LAGIDES et assimilés, les enquêteurs les ont suivis à la trace sur un fantastique parcours constitué de 2 pistes différentes éloignées l’une de l’autre par plusieurs millénaires. La plus récente conduit de la Patagonie au Nord du Chili jusqu’à Autofagasta ; elle essaime au Pérou et en Équateur avec des retombées au Venezuela. Dans le sud, de l’autre côté de la Cordillère, elle rayonne jusqu’à Santiago del Estero et les confins de l’Argentine. Cette migration semble remonter aux environs de - 11.500, elle a une coloration spécifiquement MUNDA. Sur l’espace géographique couvert par cette migration ont été relevés des termes et des toponymes apparentés au Munda, cette influence Munda se retrouve d’ailleurs dans le Pré-Valdivia et la civilisation de Nazca/Paracas.

A Valdivia, les crânes de la première couche de population sont Dolycho, ceux de la deuxième sont Brachy mêlés de Dolycho qui coexistent avec eux, ce sont ces Brachy qui sont supposés avoir apporté la poterie Jomon. La plus ancienne civilisation de NAZCA a une résonance indienne évidente, spécifiquement Munda. Sur les mantos de Paracas sont tissés de petits hommes volants vomissants des Serpents à lunettes inconnus au Pérou mais bien connu en Inde sous le nom de NAGAS, un nom bien proche d’ailleurs de Nazca. En Inde Munda, les Vaddas de Ceylan et d’Assam appartenaient au clan des Nagas ou ”Serpents”. Par certains côtés, la civilisation de Nazca Paracas évoque la Nouvelle-Guinée Australoïde, c’est le cas, entre autres, des trépanations de Paracas qui n’ont d’équivalent que celles de Nouvelle-Guinée. D’autres éléments, épars dans la langue, l’art et les rites pratiqués ne peuvent être comparés qu’à ceux des Australoïdes Mundas. Sur des poteries de Nazca apparaissent des guirlandes de têtes humaines qui s’apparentent à la fois à la tradition préhistorique Munda du culte des crânes et à celle, dravidienne de KALI. Sur des peintures Nazca figurent des branches ramifiées qui jaillissent du corps d’êtres humains exactement comme en Inde dravido-munda (ex : DURGA).

Cabezas Lagas fut la première capitale du royaume NazcalParacas, la deuxième en fut Kawachi. Par la suite, ce royaume reçut une influence sino-japonaise qui s’exerça aussi à Chavin, Chan-Chan, Valdivia.

L’homme de PARACAS est relativement récent (- 7.000), c’est un dolycho de 1m55 qui fut probablement le 1er cultivateur du Pérou, pécheur et musicien, on a retrouvé son filet et sa flûte, mais il a eu des prédécesseurs qu’il reste à découvrir. La civilisation de Nazca/Paracas n’est pas née d’une génération spontanée, elle est sans doute le résultat final de cette vague Australoïde qui vint peupler les côtes Pacifiques de l’Amérique du Sud aux environs de - 10.000. Elle a d’ailleurs des Serra dos Martyrs et sur d’autres sites trop nombreux à énumérer, on a relevé des Pétroglyphes ”Magdaléniens” (soleil, mains, etc...). Ce symbole typiquement australoïde qu’est la main abonde d’ailleurs en Amérique au milieu de nombreux graphismes ou seules. Au Chili et Argentine (Autofagasta, Taino, Sirantour, Acatamena) le style du ”Chasseur à l’Arc” a des similitudes extraordinaires avec celui du Levant Espagnol. Des signes dits ”alphabétiformes” de Glozel et d’ailleurs se retrouvent à Formosa, San Agustin (Bolivie), Rio Pequey, Piedra Pintada, etc... Certains ne semblent pas excéder 6.000 ans d’autres anciens de plusieurs millénaires.

Enfin les dernières découvertes de l’Art Pariétal en Amérique du Sud permettent maintenant de conclure une fois pour toutes au peuplement préhistorique de l’Amérique du Sud. Ces peuplements sont aujourd’hui reconnus notamment au Matto Grosso et en différents sites, les préhistoriques ont laissé un art rupestre florissant, disséminé sur plusieurs dizaines de sites (Letrero, Perdida, Santa Elena, Alvorada, Morros, Rondonopolis,...) Tous ces sites sont crédités d’une très haute chronologie. Les sites de Pedra Furada remontent à - 32.000 et des traces existent encore au-dessous. Or, ces sites sont sur les lieux de passage de notre ancienne migration australoïde, ces dates hautes avalisent d’autres sites d’Art Rupestre comme Piquimachay (- 23.000), Lauricocha, Toqueplana, je vous laisse conclure de vous même...

La présence australoïde n’est pas limitée à l’Amérique du Sud, elle est également attestée en Amérique Centrale et du Nord. Certaines ethnies ont suwécu jusqu’à nos jours, d’autres se sont éteintes, mais toutes ont laissé des traces de leur passage. Ces australoïdes se retrouvent par exemple en Californie (Péricu, Gabrielenos, Guaycuru) Arizona (Hopis) d’autres en Orégon, etc... Les tribus anciennes des Utes étaient de race noire.

En Californie et Orégon, on a relevé de nombreuses inscriptions de type australoïde dont certaines ont leurs répliques sur d’autres continents. L’Arizona a livré un boomerang australoïde de - 12.000. Les HOPIS ont même conservé des analogies culturelles avec les autochtones de l’Inde et se disent originaires d’un pays lointain où le soleil est roi (cultes solaires de l’Inde) et où les Hommes Rouges (les dravidiens) sont leurs frères.

On constate enfin que la majorité des crânes trouvés aux USA et notamment en Californie sont Dolycho et non Brachy, les dates s’échelonnent de – 50.000 - 10.000, tel le crâne de DEL MAR, dolycho et, selon certains chercheurs australoïde. D’autres crânes sont plus récents (Véro, Cohahuila...) mais toujours dans la même lignée australoïde. Remarquons encore que la quasi- totalité des restes osseux, liés aux pointes de jet américaines, sont dolycho et non brachy.

Il faudra, un jour ou l’autre, admettre officiellement la présence australoïde aux plus anciennes époques de l’histoire de l’Amérique et expliquer de manière logique les faits et constats que nous avons présentés (et il en existe davantage encore). Et expliquer aussi, par exemple, l’origine et les raisons de l’iconographie américaine qui nous a livrés d’innombrables représentations négroïdes, qui toutes ont précédé, et de loin, la conquête espagnole et l’arrivée des esclaves noirs. Citons en quelques unes : Têtes négroïdes de Chichen-ltza, des poteries de Trujiollo, de Chimbote, des poteries Mochica de Puno et Santiago de Cao (Pérou), les statues de Véra-Cruz, les bas reliefs Maya de Tikal, le masque de Tlatilco, les représentations de Copan, les statuettes de Palenque et Teotihuacan, objets gravés de Tlapayoca, sculpture de Tayilu, etc... Les civilisations de San Agustin et Guerrero notamment ont fondamentalement une résonance négroïde qui évoque les cultures dravido-munda de l’Inde, en dépit d’une influence asiatique tardive. On peut faire le même constat à propos de Chan-Chan, Chavin, Valdivia et bien d’autres.

Toutes ces considérations, prises au hasard et bien incomplètes, portent témoignage d’un fait culturel et ethnique que la science officielle rejette sans aucune raison valable, mais qu’en outre elle évite d’évoquer. Cela leur évite de mauvaises réponses à de bonnes questions.

Copié de : http://www.aci-multimedia.net/connaissance/amerique.htm

--------------------
Atil
Atil
32568 messages postés
   Posté le 18-11-2004 à 09:10:47   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   https://atil.pagesperso-orange.fr/   Envoyer un message privé à Atil   

Or il est difficile d’admettre un peuplement mongoloïde de l’Amérique aux alentours "....de - 50.000 pour la bonne raison que le type mongol ne s’était pas encore formé en Asie, à la date de - 20.000. Ce type mongol est probablement issu d’un type plus ou moins Ouralo-Altaïque, ressemblant à peu près au type Aïnous, qui aurait, à la suite d’une adaptation à un environnement et à des conditions climatiques différentes, évolué vers le type mongol actuel."

>>>>>A noter que l'homme de Kennewick retrouvé en Amérique du nord resemblait en 1er aux Aïnous et secondairement aux Polynésiens.
Normal : les Aïnous et Polynésiens dérivent des mêmes proto-mongoloïdes et ont le même type de dents (type sundadonte).


"Au type, déjà beaucoup plus ancien, de l’Asie du sud-est, de l’Inde, Australie, Nouvelle Guinée, etc.. aux environs de 40.000 pourrait correspondre un type représenté encore aujourd’hui par les Vaddas, Négritos, Mundas et Australoïdes, ..."

>>>>>Par contre les plus anciens squelettes d'Améruque du sud ont été rapprochés de cette ancienne population.
Mais j'ai des doutes : les reconstitutions de cranes que j'ai vu ressemblaient plus à des négroïdes d'Afrique qu'à des papous ou des australiens.
Mais il peut y avoir eu évolution sur place.
A noter que les anciennes langues tchons de Patagonie ont parfois été rapprochée des langues d'Australie ... mais je n'arrive pas à en savoir plus sur ca.


"Ainsi, on constate que pour la période de - 20.000, les restes exhumés en Chine Mongole n’ont rien de mongol, d’Asiatique ou de Brachycéphale ; Au contraire, ils sont tous Dolycho. A la même époque en Amérique, il n’y a pas, à proprement parler de Brachy mais seulement des Dolycho (crânes de Laguna, Midland, etc...). "

>>>>>A notre que les eskimos sont bien des mongoloïdes (bien plus que les sibériens) ... mais qu'ils sont dolychocéphales.


"On peut encore citer un autre cas, celui des grands Indiens de la prairie. Ils n’ont rien de Mongoloïde et dérivent en droite ligne de l’homme de Cro-Magnon qui, suivant les troupeaux de rennes vers le Grand Nord et passé ainsi en Amérique il y a environ 15.000 ans."

>>>>>Les indiens d'Amérique du nord ressemblent à des mongoloïdes dans le sud et à des sibériens dans le nord.
Ils portent tous la tache mongoloïde et ont des incisives en pelle comme tous les mongoloïdes.
Quand aux cro-magnons, on n'en a jamais trouvé en Asie de l'est.



"On constate d’ailleurs que la civilisation des Nuclei Américaine est une suite logique de celles connues antérieurement en Asie : Le Soanien de l’Inde, Tampanien de Malaisie, Choukoutien de Chine, Anathien de Birmanie, Patjitanien de Java ou les industries similaires d’Australie mais aussi du Japon. "

>>>>>Ce sont des industries à choppers (gallets aménagés). C'est à dire des industries extrêmement primitives. Cela ne veut sependant pas dire que leurs porteurs étaient peu évolués intellectuellement mais que, vivant dans un milieu tropical, il pouvaient vivre simplement de cueillette sans avoir besoin de tailler des outils compliqués.
Mais pour remonter vers le nord et franchir le détroit de Béring, ils auraient du affronter des régions froides et pauvres en végétation, ou l'on ne pouvait vivre que de chasse. Ils auraient donc du abandonner leurs choppers pour fabriquer des pointes. alors pourquoi les pointes d'armes de chasse sont-elles si tardives en Amérique ?
Pourquoi ne retrouve-t-on des squelettes négroïdes-australoïdes que dans le sud et pas dans le nord ?
Tout se passe comme si les premiers habitants des Amériques étaient passés non pas par le détroit de Béring mais à travers le Pacifique.
Certains disent même qu'ils auraient pu passer par l'Antarctique ... mais ca me parrait impossible : cette région était encore plus froide que maintennant.
Il reste l'hypothèse de la navigation ... mais pourtant on pense qu'elle était peu développée à cette époque.


"A propos du Japon à teinte Australoïde, soulignons que les sites de JWAJUKU (- 40.Q00) OKINAWA (- 32.000), etc... étaient contemporains des sites de Sahul/Sunda/Wallace et présentent un outillage apparenté, que d’autre part les migrations au départ ou avec escale au Japon étaient parfaitement possibles à ces époques. "

>>>>>A noter qu'à Iwajuku on a trouvé des choppers mais aussi des outils sur éclats.
Mais certains sites d'Asie du sud montrent aussi la présence d'éclats en plus des choppers : Nguom, Sokchangni, Anyath, Songvi, Baturong, Hagop-Bilo, Leang-Burung. Ces industries à éclats datent d'environ 30000 ou 20000 ans.


"Cette migration semble remonter aux environs de - 11.500, elle a une coloration spécifiquement MUNDA."

>>>>>Mais les mundas de l'Inde du nord-est ne sont pas une race mais un groupe linguistique aparnté au Mon-Khmer.
Il y a probablement confusion avec le type physique "veddide" qui représente, en Inde, un type semblable aux australoÏdes d'Australie.


"c’est le cas, entre autres, des trépanations de Paracas qui n’ont d’équivalent que celles de Nouvelle-Guinée."

>>>>>>Mais des trépanations on en a retrouvé pratqiement partout dans le monde.


En ce qui concerne les dessins rupestres : plus ils sont de style simple et plus ils se ressemblent partout dans le monde. Sans que cela n'ait de signification.



"L’Arizona a livré un boomerang australoïde de - 12.000. "

>>>>>Les anciens égyptiens aussi connaissaient le boomerang. Ce n'étaient pourtant pas des australoïdes.


"Remarquons encore que la quasi- totalité des restes osseux, liés aux pointes de jet américaines, sont dolycho et non brachy. "

>>>>>>Hors les pointes de jets ont été apportées en Amérique par les premiers mongoLoïdes il y a environ 10000 ans.


"....de Véra-Cruz, les bas reliefs Maya de Tikal, le masque de Tlatilco, les représentations de Copan, les statuettes de Palenque et Teotihuacan, objets gravés de Tlapayoca, sculpture de Tayilu, etc... Les civilisations de San Agustin et Guerrero notamment ont fondamentalement une résonance négroïde.."

>>>>>>A noter que ces statues représentent souvent des hommes-jaguars. Donc il est également possible que les visages aient été volontairement déformés et applatis pour ressembler plus à des faces de jaguars. Donc définir leur race est problématique.


--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
meh
meh
85 messages postés
   Posté le 07-02-2005 à 18:24:50   Voir le profil de meh (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à meh   

Tout ça est vraiment passionnant ( quelques réserves toutefois quant à l'emploi abusif par ex. du concept "races"...). Merci !


--------------------
meeeerdh alors!
Atil
Atil
32568 messages postés
   Posté le 08-02-2005 à 09:17:59   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   https://atil.pagesperso-orange.fr/   Envoyer un message privé à Atil   

Je sais que ce mot n'est plus politiquement correct.
Mais il est tellement plus rapide à écrire.
Parfois je dis" type"... mais je trouve cela imprécis.


--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
Haut de pagePages : 1  
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section histoire et archéologie  Les origines des premiers peuplements américainsNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum