LE FORUM DES CERCLOSOPHES
LE FORUM DES CERCLOSOPHES
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section psychologie 

 La théorie de Glick

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Ase
Ase
5229 messages postés
   Posté le 18-03-2010 à 07:42:32   Voir le profil de Ase (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Ase   

Depuis les théories de l'anthropologue James Frazer dans son Rameau d'or à celles de l'anthropologue René Girard sur les théories mimétiques, le bouc émissaire est souvent développé en psychologie sociale.

Voici une nouvelle théorie que je trouve séduisante, que je me permet de vous partager.

mrax.be a écrit :

La thématique des groupes boucs-émissaires en psychologie sociale est apparue à la fin de la seconde guerre mondiale alors que nombre de scientifiques tentaient de comprendre les processus psychologiques à la base du génocide juif.
La question posée alors était la suivante : « qu’est ce qui permet, au niveau psychologique, de rendre compte du fait qu’un groupe aussi important d’individus différents se soit adonné à l’extermination massive d’individus d’un autre groupe ? »
Plusieurs théories ont alors vu le jour dont les théories « classiques » du bouc-émissaire.

Deux versions de la théorie du bouc-émissaire ont été proposées (Allport, 1954) : la théorie des conflits internes et la théorie des événements externes.

Le point commun à ces deux théories réside dans l’idée qu’une frustration (interne ou externe) engendre chez l’individu une tendance à l’agression envers la source de frustration et ce afin de rétablir un équilibre (interne ou externe) nécessaire à son bon fonctionnement.
Lorsque l’individu est dans l’incapacité d’agir directement sur la source de la frustration (soit parce que la source de frustration est l’individu lui-même, soit parce que l’individu ne peut attaquer directement la source par peur de punition, soit parce que la source est trop puissante pour que l’individu puisse directement l’affronter), il déplace son agressivité sur une cible faible ou vulnérable que l’on appelle « le bouc-émissaire » .
Pour justifier cette agression, l’individu attribue à la cible bouc-émissaire des traits négatifs ou indésirables suivant l’un ou l’autre processus de projection.

Dans la projection dite « directe » , l’individu attribue à la cible un trait négatif que lui-même possède mais qu’il refuse de se reconnaître (e.g., « ce n’est pas moi qui suis sexuellement dépravé, ce sont eux » ).
Dans la projection dite « complémentaire » , l’individu recherche une série d’explications et/ou de justifications à son propre comportement agressif. Les stéréotypes défavorables attribués au groupe cible sont, alors, des rationalisations inconscientes des agressions commises par les individus envers la cible (e.g., [i]« je n’aime pas les Noirs, donc, les Noirs doivent nécessairement posséder des traits qui créent en moi ce dégoût que j’ai d’eux »/i]).

Vers la fin des années soixante, suite à l’avènement de la psychologie cognitive, les théories du bouc-émissaire, reposant sur une approche essentiellement freudienne de la psychologie, furent largement abandonnées par les scientifiques.

Par ailleurs, plusieurs auteurs en ont souligné les limitations.
Premier problème, aucun élément théorique ne permettait de prédire les types de minorités susceptibles d’être choisies comme bouc-émissaire ni ne permettait d’expliquer le consensus groupal quant au choix de la cible (Allport, 1954, Tajfel, 1981). Ainsi, comment expliquer que les Juifs furent la cible privilégiée des Nazis pendant la seconde guerre mondiale ? Selon les théories du bouc-émissaire, les Allemands, frustrés de leur défaite lors de la grande guerre, auraient dû chercher comme exutoire à leur frustration un groupe cible « disponible » et « vulnérable ». Or, les stéréotypes caractérisant les Juifs à cette époque les décrivaient non pas comme vulnérables, mais davantage comme super-puissants, au centre d’une conspiration internationale dangereuse (Goldenhagen, 1997). Deuxièmement, les théories du bouc-émissaire parlent d’un processus violent relativement spontané, destiné à évacuer les frustrations et tensions. Or, pour en rester à l’exemple des Juifs, l’Holocauste, tel que les Nazis l’ont conçu et mis en place, n’avait rien de spontané. Au contraire, l’Holocauste est décrit comme un système de violence contrôlé, régulé et bureaucratisé à l’extrême (Glick, 2002).

Les faiblesses du modèle ont conduit les chercheurs à se désintéresser de la problématique du bouc-émissaire pendant près de 50 ans .


mrax.be a écrit :

Récemment, cependant, P. Glick (2002) a proposé un modèle alternatif aux théories classiques : le modèle idéologique du bouc émissaire . Selon cet auteur, le lien entre la frustration et l’agression de la cible n’est pas direct, mais il est nécessairement dépendant d’une idéologie sous-jacente . Lorsqu’un groupe se trouve en situation de dépression sociale ou économique, ce groupe cherche dans son environnement les causes potentielles à cette dépression ainsi qu’une ligne d’action capable d’apporter une solution. Une idéologie qui identifie les causes du problème et qui propose une solution attirera un grand nombre d’adhérents potentiels. On parlera d’idéologie du bouc-émissaire lorsque l’idéologie identifie comme source des difficultés un groupe particulier d’individus et que la solution offerte par l’idéologie est l’hostilité envers ce groupe . Un groupe d’individus risquera de devenir un bouc-émissaire d’autant plus que ce groupe est perçu comme une cause plausible à la détresse sociale et économique vécue. Pour ce faire, et contrairement aux théories classiques, la théorie du bouc-émissaire de Glick suppose que le groupe bouc-émissaire doit être perçu comme dangereux, menaçant, et suffisamment puissant pour avoir causé les difficultés. Le groupe bouc-émissaire n’est donc plus un groupe vulnérable mais un groupe influent . Les stéréotypes préalables au développement de l’idéologie indiqueront laquelle des minorités présentes dans la société correspond le mieux à cette image d’un ennemi puissant et maléfique qu’il convient d’exterminer.


La théorie de Glick nous donne une nouvelle définition de la victime et du phénomène de victimisation. Cette fois, la victime pour Glick est désigné par le groupe dominant par ses suppositions idéologiques et non plus par des mécanismes sous-jacents de la rivalité mimétique chez Girard.

--------------------
nat
668 messages postés
   Posté le 18-03-2010 à 23:22:11   Voir le profil de nat (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à nat   

en groupe; peu importe le groupe; suffit l'influence "groupesquienne"

--------------------
Ase
Ase
5229 messages postés
   Posté le 19-03-2010 à 04:52:02   Voir le profil de Ase (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Ase   

Le problème n'est pas le groupe mais l'identification par idéologie.

Aujourd'hui par exemple, le Bouc Émissaire est constitué du groupe des spéculateurs financiers.

--------------------
Atil
Atil
34755 messages postés
   Posté le 19-03-2010 à 17:37:08   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   https://atil.pagesperso-orange.fr/   Envoyer un message privé à Atil   

"Vers la fin des années soixante, suite à l’avènement de la psychologie cognitive, les théories du bouc-émissaire, reposant sur une approche essentiellement freudienne de la psychologie, furent largement abandonnées par les scientifiques."

>>>>>>Elles ont cependant été reprises par Howard Bloom.
Sans avoir besoin de blabla freudien.


"Or, les stéréotypes caractérisant les Juifs à cette époque les décrivaient non pas comme vulnérables, mais davantage comme super-puissants, au centre d’une conspiration internationale dangereuse (Goldenhagen, 1997)."

>>>>>>Pour pouvoir attaquer sans honte des gens faibles, il faut d'abord s'auto-persuader qu'ils sont trés forts et trés dangereux.




"Deuxièmement, les théories du bouc-émissaire parlent d’un processus violent relativement spontané, destiné à évacuer les frustrations et tensions. Or, pour en rester à l’exemple des Juifs, l’Holocauste, tel que les Nazis l’ont conçu et mis en place, n’avait rien de spontané. Au contraire, l’Holocauste est décrit comme un système de violence contrôlé, régulé et bureaucratisé à l’extrême"

>>>>>>Les Allemands ont voté pour Hitler.
Donc ils approuvaient ses délires anti-juifs.
Et ils avaient déja de telles idées haiseuses avant qu'Hitler ne fasse ses discours.




"On parlera d’idéologie du bouc-émissaire lorsque l’idéologie identifie comme source des difficultés un groupe particulier d’individus et que la solution offerte par l’idéologie est l’hostilité envers ce groupe ."

>>>>>>Quand un élève frappe sur son petit frêre pour se défouler aprés que son prof l'ait puni, oil n'a pas besoin de faire appel à une idéologie.




"Les stéréotypes préalables au développement de l’idéologie indiqueront laquelle des minorités présentes dans la société correspond le mieux à cette image d’un ennemi puissant et maléfique qu’il convient d’exterminer."

>>>>>>>L'idéologie sert juste de justification à un comportement de type bêtement passionnel.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
Haut de pagePages : 1  
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section psychologie  La théorie de GlickNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum