LE FORUM DES CERCLOSOPHES
LE FORUM DES CERCLOSOPHES
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section sciences 

 Et vous ?

Nouveau sujet   Répondre
 
Et vous ?
 
Je m'en fout complétement
C'est une grosse arnaque
Pourquoi pas
Peut être
Oui ça marche
Non ça ne marche pas
C'est malsain
sans avis précis
Vote blanc
 
Attention, en cliquant sur le bouton "Voir les résultats" vous ne pourrez plus participer à ce sondage par la suite.
   
 
Bas de pagePages : 1  
Kamel
wech wech wech
Kamel
589 messages postés
   Posté le 03-07-2004 à 20:40:10   Voir le profil de Kamel (En vacances)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Kamel   

Force est de constater que la croyance dans les phénomènes paranormaux est encore largement répandue comme en témoigne une série d’enquêtes menées depuis une vingtaine d’années par la SOFRES et dont le dernier sondage réalisé (2000) confirme les précédents : Croyances (en %)

La guérison par magnétiseur, imposition des mains : 54

Transmission de pensée : 40

Rêves qui prédisent l’avenir : 35

Astrologie (explication des caractères) : 33

Prédiction des voyantes : 18

Horoscopes, prédiction par les signes astrologiques : 18

Les tables tournantes : 15

Fantômes et revenants : 13

Outre l’étonnante stabilité de ces croyances au long de ces deux décennies, une autre leçon se doit d’être soulignée : le niveau d’instruction ne semble pas prémunir de ces croyances. Ainsi, des populations comme les enseignants en primaire ou collège semblent adhérer plus largement que la moyenne à certaines croyances. De même, toujours selon la même étude, l’intérêt affiché pour la science n’influe que peu sur les croyances relevées. Complétons toutefois le tableau par d’autres résultats d’enquêtes. A la question " A qui faites-vous le plus confiance pour résoudre les problèmes de l’humanité ? ", 38% des personnes interrogées répondent : les scientifiques, qui arrivent ainsi en première position, bien devant les politiques, ou les personnalités religieuses. Enfin, une très récente étude publiée par le magazine La Recherche indique que pour 33% des jeunes de 15 à 25 ans, l’astrologie est une science, arrivant ainsi en 12e position, juste derrière la psychologie ou la sociologie, mais devant la géographie, l’écologie ou encore la linguistique.

L’attitude des parasciences vis-à-vis de la science est paradoxale. D’un côté elles dénoncent une science officielle jalouse de ses prérogatives et de son territoire qui ne voudrait pas prendre en compte les " nouveaux Galilées ", d’un autre côté, elles se proclament elles-mêmes " hors du domaine scientifique " pour justifier un refus des méthodes classiques d’évaluation. Elles se revendiquent alors comme un art ou comme une " science humaine " (sous-entendu, en science humaine, on pourrait tout dire et il n’existerait pas de méthode d’évaluation, de méthode scientifique). Dans le même temps, les parasciences affichent auprès de leurs adeptes la qualité de " scientifique ", gage de crédit et de sérieux.

Cette question n’est sans doute pas sans conséquence sur l’image de la science que contribuent à apporter les pseudo-sciences, en particulier auprès des élèves, lycéens ou étudiants :

* les découvertes seraient des œuvres individuelles, de génies méconnus et souvent rejetés par une science prétendue officielle ;
* la science relève de cercles d’initiés et l’accès à la connaissances scientifique relève plus de l’initiation que de la vulgarisation ou l’apprentissage ;
* " on nous cache des choses ", les scientifiques ne nous disent pas tout (le grand complot de la science dite officielle).
* les scientifiques n’aiment pas ne pas avoir l’initiative des questions qui se posent (variantes : il y a des phénomènes inexplicables) ;
* la science a réponse à tout et n’aime pas ce qu’elle ne sait pas expliquer ;
* il n’y a pas de vérité objective (différentes formes de relativisme cognitif)

Le message le plus fort étant sans doute celui d’une science officielle dont il faudrait se méfier, responsable de tous les maux : pollutions, guerre, etc. Cette argumentation est bâtie sur une confusion entre les différents sens que l’on peut mettre derrière le mot science, les critiques pouvant être portées à l’une des acceptions ci-dessous étant généralisées à la " science " dans son ensemble… :

* une démarche visant à une compréhension rationnelle du monde naturel et social, ou du moins de certains aspects de ce monde;
* un ensemble donné de connaissances, acceptées à un certain moment ;
* une institution sociale, des scientifiques avec leurs propres normes et leurs liens sociaux et économiques avec la société qui les entoure ;
* la science appliquée et la technologie.

Les pseudo-sciences et l’image de la science

L’attitude des parasciences vis-à-vis de la science est paradoxale. D’un côté elles dénoncent une science officielle jalouse de ses prérogatives et de son territoire qui ne voudrait pas prendre en compte les " nouveaux Galilées ", d’un autre côté, elles se proclament elles-mêmes " hors du domaine scientifique " pour justifier un refus des méthodes classiques d’évaluation. Elles se revendiquent alors comme un art ou comme une " science humaine " (sous-entendu, en science humaine, on pourrait tout dire et il n’existerait pas de méthode d’évaluation, de méthode scientifique). Dans le même temps, les parasciences affichent auprès de leurs adeptes la qualité de " scientifique ", gage de crédit et de sérieux.

Cette question n’est sans doute pas sans conséquence sur l’image de la science que contribuent à apporter les pseudo-sciences, en particulier auprès des élèves, lycéens ou étudiants :

* les découvertes seraient des œuvres individuelles, de génies méconnus et souvent rejetés par une science prétendue officielle ;
* la science relève de cercles d’initiés et l’accès à la connaissances scientifique relève plus de l’initiation que de la vulgarisation ou l’apprentissage ;
* " on nous cache des choses ", les scientifiques ne nous disent pas tout (le grand complot de la science dite officielle).
* les scientifiques n’aiment pas ne pas avoir l’initiative des questions qui se posent (variantes : il y a des phénomènes inexplicables) ;
* la science a réponse à tout et n’aime pas ce qu’elle ne sait pas expliquer ;
* il n’y a pas de vérité objective (différentes formes de relativisme cognitif)

Le message le plus fort étant sans doute celui d’une science officielle dont il faudrait se méfier, responsable de tous les maux : pollutions, guerre, etc. Cette argumentation est bâtie sur une confusion entre les différents sens que l’on peut mettre derrière le mot science, les critiques pouvant être portées à l’une des acceptions ci-dessous étant généralisées à la " science " dans son ensemble… :

* une démarche visant à une compréhension rationnelle du monde naturel et social, ou du moins de certains aspects de ce monde;
* un ensemble donné de connaissances, acceptées à un certain moment ;
* une institution sociale, des scientifiques avec leurs propres normes et leurs liens sociaux et économiques avec la société qui les entoure ;
* la science appliquée et la technologie.

La critique rationnelle des pseudo-sciences comme moyen pédagogique d’enseignement des sciences

L'enseignement de Zététique a été créé à la Faculté des Sciences de Nice en 1993-1994 par Henri Broch, Docteur ès Sciences, Professeur de Physique. Placé sous l'égide du Département de Physique de l'Université. En 7 années d’existence, plus de 1700 étudiants s’étaient inscrits dans les modules optionnels. A la rentrée 2000-2001, 500 étudiants assistent au cours dans le cadre du tronc commun : " l'objectif de l'enseignement de Zététique est d'aboutir - via le support motivant des parasciences et des phénomènes paranormaux - à une mise en forme de l'approche nécessaire pour qu'une hypothèse ou un résultat acquière le qualificatif "scientifique", et cela sous une forme accessible et surtout facilement mémorisable ".

Pour Henri Broch, l’impact à long terme d’un tel enseignement ne peut être évalué avant une décennie, laps de temps nécessaire pour que les étudiants s’insèrent dans une vie professionnelle et soient impliqués dans des médias ou associations. Toutefois, les résultats d’une enquête réalisée auprès des étudiants ayant suivi le cursus de formation sont très encourageants, en particulier les réponses à la question suivante : " Le cours vous a-t-il incité à modifier votre attitude sur l’information reçue, quel que soit le sujet ? ". 87 % des étudiants interrogés répondent oui. Pour plus de détails sur cette expérience d’enseignement de la " Zététique ", on se reportera à l’article d’Henri Broch dans Science et Pseudo-sciences, n°246, Avril 2001, ou bien entendu au site de l’université.

Introduire dans l’enseignement des sciences, mais aussi dans tous les autres enseignements, cette réflexion critique est sans aucun doute extrêmement bénéfique. Les pseudo-sciences sont un moyen sans doute très vivant et motivant pour introduire cette dimension nécessaire dans la formation scientifique, et l’expérience de l’Université de Nice devrait sans aucun doute être généralisée.


Ce qui est dingue c'est de voir le nombre de personnes qui vont chaque année consulter ces voyantes et autres parapsychologues.

Ce qui me semble grave au dela de l'aspect financier (de l'arnaque) c'est que ces gens n'ont aucuns diplomes de psychologie et qu'ils s'autorisent à jouer les psys avec des gens qui sont souvent mal dans leur peau et en demande de conseil.

Il existe une loi (je crois) qui réprimande et interdit normalement ces pratiques, pourquoi n'est-elle pas appliquée ?




--------------------
Bismillahi Rahmani Rahime, Alhamdoulillahi rabi l'alamine, A rahmani Rahime, Maliki yawmiddine, Iyaka na'abodo wa iyaka nasta'ine, Ihdina siratal mostakime, Siratal ladina an'amta 'alayhime, Rayri l'maRdobi 'alayhime wa la da line.
Kamel
wech wech wech
Kamel
589 messages postés
   Posté le 03-07-2004 à 20:41:58   Voir le profil de Kamel (En vacances)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Kamel   

Les 3 derniers paragraphes sont de moi, le reste provient d'un site


--------------------
Bismillahi Rahmani Rahime, Alhamdoulillahi rabi l'alamine, A rahmani Rahime, Maliki yawmiddine, Iyaka na'abodo wa iyaka nasta'ine, Ihdina siratal mostakime, Siratal ladina an'amta 'alayhime, Rayri l'maRdobi 'alayhime wa la da line.
Atil
Atil
29063 messages postés
   Posté le 03-07-2004 à 21:18:46   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

Le tout est de faire la différence entre "Croit-on en l'existance de certains phénomènes mystérieux" et "Doit-on faire confiance aux naïfs et aux escrocs qui prétendent les étudier" ?

Ainsi, par exemple, on pourrait croire en l'influence des astres mais sans croire en son interprétation par les astrologues.

L'inconvénient c'est que les scientifiques se comportent plutôt comme des religieux qui décident à-priori qu'il y a des phénomènes auxquels ils ne croient pas et donc qu'ils refusesnt d'étudier. Le résultat est qu'il ne reste que ce sont des rigolos et des charlatants pour étudier ces phénomènes. Ce n'est pas ainsi qu'on pourra savoir s'ils existent ou pas.



"* les découvertes seraient des œuvres individuelles, de génies méconnus et souvent rejetés par une science prétendue officielle ;"

------> Cela arrive. Surtout pour les garndes découvertes (celles qui font changer de paradigme)


"* la science relève de cercles d’initiés et l’accès à la connaissances scientifique relève plus de l’initiation que de la vulgarisation ou l’apprentissage ;"

------>c'est ainsi que la voient ceux qui ne sont pas assez intelligent pour faire des études scientifiques.


"* " on nous cache des choses ", les scientifiques ne nous disent pas tout (le grand complot de la science dite officielle)."

-------> c'est ce que prétendent les faux-gourous et les charlatants qui ont des livres bidons à vendre.


"* les scientifiques n’aiment pas ne pas avoir l’initiative des questions qui se posent (variantes : il y a des phénomènes inexplicables) ;"

-------> Ca c'est vrai. Il a existé plusieurs cas ou des grandes découvertes ont été refusées par les experts de la discipline parcequ'elles avaient été faites pas des non-spécialistes ou des gens issus d'aune autre discipline.


"* la science a réponse à tout et n’aime pas ce qu’elle ne sait pas expliquer ;"

-------->Disons plutôt que, comme une religion, elle décide parfois d'avance de ce qui doit être expliqué et de ce qui , par principe ou pas dogme, ne peut pas exister.


"* il n’y a pas de vérité objective (différentes formes de relativisme cognitif)"

--------> C'est ce qu'aiment dire les faux-gourous afin de pouvoir continuer à mentir aux gens.



Et la science, c'est :

"* une démarche visant à une compréhension rationnelle du monde naturel et social, ou du moins de certains aspects de ce monde;"

-------> Elle devrait être ca.


"* un ensemble donné de connaissances, acceptées à un certain moment ;"

-------> La science peut ainsi être figée sous une forme pendant un certain temps à cause de blocages cuturels. C'est ce qu'on appelle un "paradigme".


"* une institution sociale, des scientifiques avec leurs propres normes et leurs liens sociaux et économiques avec la société qui les entoure ;"

--------> Autrement dit une institution quasi-religieues ou une secte ou on a intérèt de ne pas contredire les plus hauts dignitaires.


"* la science appliquée et la technologie."

---------> Mais il y a aussi la science théorique et la science naturelle.



"L’attitude des parasciences vis-à-vis de la science est paradoxale. D’un côté elles dénoncent une science officielle jalouse de ses prérogatives et de son territoire qui ne voudrait pas prendre en compte les " nouveaux Galilées ", d’un autre côté, elles se proclament elles-mêmes " hors du domaine scientifique " pour justifier un refus des méthodes classiques d’évaluation. "

--------->Autrement dit elles font tout pour empécher qu'on puisse essayer de les réfuter. Selon Popper c'est justement à cet indice qu'on reconnait les fausses-sciences.




"Ce qui me semble grave au dela de l'aspect financier (de l'arnaque) c'est que ces gens n'ont aucuns diplomes de psychologie et qu'ils s'autorisent à jouer les psys avec des gens qui sont souvent mal dans leur peau et en demande de conseil."

-------> De même que l'homéopathie ou la psychanalyse dont la fausseté n'en finit plus d'être démontrée, et qui continuent d'être admises en France (mais pas forcément dans les autres pays).



"Il existe une loi (je crois) qui réprimande et interdit normalement ces pratiques, "

------>Il est interdit de pratiquer la médecine sans diplome.
En France une loi interdit d'interpréter les songes ... ce qui devrait interdire la psychanalyse, logiquement.



"pourquoi n'est-elle pas appliquée ?"

--------> Parceque les politiciens ont peur de perdre des voix aux élections s'ils les font appliquer strictement !


--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
Haut de pagePages : 1  
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section sciences  Et vous ?Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum