LE FORUM DES CERCLOSOPHES
LE FORUM DES CERCLOSOPHES
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section histoire et archéologie 

 extension des Italiques au Nord: Les Belges

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédente 
xem
178 messages postés
   Posté le 09-02-2012 à 21:22:12   Voir le profil de xem (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à xem   

>La racine de "Aquitains" pourrait être "aqua" qui signifie "eau" dans les langues indo-européennes.
Cependant les Celtes avaient perdu cette racine. De plus ils avaient transformé le "QU" en "Q" ou en "P".
Il est possible alors que le mot "Aquitanis" soit plutôt à rapprocher des "Akitanis" d'ibérie.
....
Aquae Tarbellicae. c'est dax dans les landes , mais ici c'est sans doute relatif aux termes, Eaux des tabelles

--------------------
xem
178 messages postés
   Posté le 09-02-2012 à 21:40:16   Voir le profil de xem (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à xem   

dans le science et vie de fevrier 2012 il y a un article sur l'embriologie.
le titre
l'oeuf fecondé se débarrasse des mutations paternelles.
.....
en conclusion
cela permettrait d'éviter la transmission d'ADN mitochondrial muté, le génome mitochondrial paternel ayant une propension élevé à accumuler des mutations...
mais comme je n'y connais rien...

--------------------
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5138 messages postés
   Posté le 09-02-2012 à 21:47:45   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

cette thèse était bien trop belle pour être vraie, parlant de "celtes basquisés", cela est totalement abandonné avec la découverte de la langue ibère et son décryptage en cours qui l'éloigne du basque. De plus la langue basque disparait où se trouve I en grand pourcentage et s'épanouit souvent dans les zones ou se trouve R1b/Z196, mais dans beaucoup d'autres zones où ce groupe est très présent on parle IE et notamment en Saintonge, pays de la Loire, catalogne et Bretagne.
Il est à noter que malgré, leur grande culture et leur écriture qui n'a rien a envier aux celtibères, les ibères furent latinisé alors que les basques qui n'utilisent pas l'écriture résistent à la latinisation.
Donc beaucoup de contradiction qui n'aident pas à résoudre le mystère de cette langue, une seule piste est la présence du nombre unique au monde de O négatif qui laisserait penser qu'une branche du groupe Z196 se serait isolé totalement pendant peut être près de 2500 ou 3000 ans, pourrait apporter une explication partielle concernant la langue des vascons.
Mais il serait intéressant de savoir pourquoi ils étaient isolé et la meilleure explication que j'ai jamais entendu serait une arrivée récente entre 200/500 avant notre ère sur le territoire français, mais d'où venaient ils ? Donc rien n'est résolu, et on bute toujours sur ce problème linguistique qui nous ramène chaque fois au point de départ.


Edité le 09-02-2012 à 22:16:30 par martiko




--------------------
aime la littératures
Atil
Atil
26652 messages postés
   Posté le 10-02-2012 à 09:36:55   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

Il faudrait pouvoir calculer le temps nécessaire pour qu'un peuple isolé de cette taille puisse concentrer ainsi les RH-.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
massirio
388 messages postés
   Posté le 10-02-2012 à 12:33:34   Voir le profil de massirio (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à massirio   

martiko a écrit :

cette thèse était bien trop belle pour être vraie, parlant de "celtes basquisés", cela est totalement abandonné avec la découverte de la langue ibère et son décryptage en cours qui l'éloigne du basque. De plus la langue basque disparait où se trouve I en grand pourcentage et s'épanouit souvent dans les zones ou se trouve R1b/Z196, mais dans beaucoup d'autres zones où ce groupe est très présent on parle IE et notamment en Saintonge, pays de la Loire, catalogne et Bretagne.
Il est à noter que malgré, leur grande culture et leur écriture qui n'a rien a envier aux celtibères, les ibères furent latinisé alors que les basques qui n'utilisent pas l'écriture résistent à la latinisation.
Donc beaucoup de contradiction qui n'aident pas à résoudre le mystère de cette langue, une seule piste est la présence du nombre unique au monde de O négatif qui laisserait penser qu'une branche du groupe Z196 se serait isolé totalement pendant peut être près de 2500 ou 3000 ans, pourrait apporter une explication partielle concernant la langue des vascons.
Mais il serait intéressant de savoir pourquoi ils étaient isolé et la meilleure explication que j'ai jamais entendu serait une arrivée récente entre 200/500 avant notre ère sur le territoire français, mais d'où venaient ils ? Donc rien n'est résolu, et on bute toujours sur ce problème linguistique qui nous ramène chaque fois au point de départ.



Le point commun entre les Aquitains et les habitants de l'anicenne ibérie c'est le fort taux de Z196 et M167 en particulier donc génétiquemen tout raproche les ibères des aquitains. A noter que I2a est en plus élevé ches les Castillans (anciens celtibères) que chez les catalans (anciens ibères) ce qui montrent que les ibères et les aquitains étaient plus proches entre eux qu'ils ne l'étaient avec les Celtibères ou même les ligures (U152).

--------------------
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5138 messages postés
   Posté le 11-02-2012 à 15:08:35   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

les faits montre se Z196 et plus précisément M167 en fort pourcentage seulement dans les régions nord ou extrême nord de l'Ibérie, pays basque, catalogne, Navarre, Galicie et nord Castille et surtout des régions sud-ouest et centre ouest de la France mais dans les régions ibères c'est le I2b qui devient dominant et sur les régions centre ouest de l'Ibérie P312*, cela amène à la conclusion simple que les aquitains sont un peuple différents des basque ainsi que des celtibères et à plus forte raison des vascons.
Il faut donc se défier de conclusions hâtives car les peuples ne sont pas statiques et les basques en font la démonstration.
J'en déduis qu'il y a eu plusieurs zones géographiques principales d'influence et peut être à des époques différentes.
Une zone centre ouest ibérique pour les celtibères, une zone nord ouest pour d'autres celtes, une zone centre est pour les ibères, et plus tard une zone nord pour les vascons dont on peut retracer l'origine en France.
Cela implique donc que pendant plusieurs siècles, avant l'arrivée des légions romaines, qu'il devait exister 2 pôle de culture et que la péninsule ibérique n'était pas un bloc culturel.
Et cela semble encore survivre à notre époque actuelle, sous le verni de l'unité politico-religieuse catholique et du roi très catholique.
On peut considérer que les aquitains comme leur langue sont un peuple presque entièrement disparu d'aquitaine sous la poussée de nouveaux migrants eux mêmes subissant la poussée de Rome.
Je pense que vous sous estimé l'impact de la puissance de Rome sur la France et l’Espagne, Rome n'avait pas pour principe d'être magnanime dans ces régions convoité avec les peuples qui s'opposaient à la latinisation politique et culturelle.


Edité le 11-02-2012 à 15:14:42 par martiko




--------------------
aime la littératures
massirio
388 messages postés
   Posté le 11-02-2012 à 15:57:36   Voir le profil de massirio (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à massirio   

martiko a écrit :

les faits montre se Z196 et plus précisément M167 en fort pourcentage seulement dans les régions nord ou extrême nord de l'Ibérie, pays basque, catalogne, Navarre, Galicie et nord Castille et surtout des régions sud-ouest et centre ouest de la France mais dans les régions ibères c'est le I2b qui devient dominant et sur les régions centre ouest de l'Ibérie P312*, cela amène à la conclusion simple que les aquitains sont un peuple différents des basque ainsi que des celtibères et à plus forte raison des vascons.
Il faut donc se défier de conclusions hâtives car les peuples ne sont pas statiques et les basques en font la démonstration.
J'en déduis qu'il y a eu plusieurs zones géographiques principales d'influence et peut être à des époques différentes.
Une zone centre ouest ibérique pour les celtibères, une zone nord ouest pour d'autres celtes, une zone centre est pour les ibères, et plus tard une zone nord pour les vascons dont on peut retracer l'origine en France.
Cela implique donc que pendant plusieurs siècles, avant l'arrivée des légions romaines, qu'il devait exister 2 pôle de culture et que la péninsule ibérique n'était pas un bloc culturel.
Et cela semble encore survivre à notre époque actuelle, sous le verni de l'unité politico-religieuse catholique et du roi très catholique.
On peut considérer que les aquitains comme leur langue sont un peuple presque entièrement disparu d'aquitaine sous la poussée de nouveaux migrants eux mêmes subissant la poussée de Rome.
Je pense que vous sous estimé l'impact de la puissance de Rome sur la France et l’Espagne, Rome n'avait pas pour principe d'être magnanime dans ces régions convoité avec les peuples qui s'opposaient à la latinisation politique et culturelle.


Les Celtibères avaient plus de I2a que les ibères eux mêmes si l'on se fie aux fortes fréquences de I2a en Castille.
Les ibères du Nord (Catalans) et les Aquitains sont génétiquement semblables (plus de 70% R1b et M167 surtout)

--------------------
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5138 messages postés
   Posté le 12-02-2012 à 13:05:59   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

la région des celtibères se trouvent au centre ouest et à l'ouest de la péninsule ibérique qui est effectivement S116 , et pour la Castille ou la Manche c'est l'est et la zone ibére I2a et sur la barre nord ce sont les Z196 (marqueur vascon), catalans, basques et galiciens R1b.


Edité le 12-02-2012 à 13:09:37 par martiko




--------------------
aime la littératures
Erick Le Rouge
"Un mot dit l'autre" (sagesse cauchoise)
Erick Le Rouge
9 messages postés
   Posté le 04-11-2014 à 12:46:57   Voir le profil de Erick Le Rouge (Offline)   Répondre à ce message   http://glozel_enfin_traduit.eklablog.com/   Envoyer un message privé à Erick Le Rouge   

Si nous découpons les syllabes, et lisons Liga (racine du nom Ligure, selon Avenius dans Ora maritima: les Liguriens [Ligyens/Lugiens/Ligures] vivaient naguère sur les rives de la mer du Nord ; Ambronii était un autre nom de ce peuple) de droite à gauche (sens du retour de la migration Keltiskr), nous obtenons Gali (racine de Galles/Gaule/Galatie/Galilée/etc…).

Cette migration à allure de croisade, prêchée par U Gadan: "fils du combat" Shamann Prêtre Roi, fut à l'origine du retour des Cimmériens/Kelts en Europe Occidentale. Se référant au héros Kelt Ram, des Gaëls installés au Moyen-Orient, fonderont le Royaume de Rama, l'hébraïque Aram pays des Araméens, qui deviendra Syrie en koinè.

Quant au terme Kelt, d'origine nordisk, c'est une transposition de Hildr: "guerre" en urnordisk avec Kalt: "froid" et/ou Kaleto: "dur" en keltisk.

Tout démontre que les Ligures étaient proto-kelts, des gardiens/veilleurs, mot passé à la koinè Λιγυς/Ligus: "vue perçante", ceux qui restèrent en Europe, après l'exode de Ram: "bélier", le héros proto-kelt.

A cette époque donc, eut lieu une scission des Arias (européens du mégalithique) & le maintien d'un substrat autochtone: Ambrons, que par convention les historiens nomment Logriens/Ligures, de Leger/Liga: "allier/bande" en gaulois du Li-gar: "des rochers/montagnards" ur-keltisk, de même famille que l'eskuara Arri: "roc". Leurs ancêtres sont les chasseurs cueilleurs du paléolithique, qui au gré de diverses glaciations et réchauffements, parcoururent des milliers de lieues, édifiant leurs campements des générations en un endroit, se désignèrent d'un terme totémique et s'installant ailleurs, prirent un autre nom tribal à moins qu'on leur attribua une autre dénomination:

Ambronii "Ligures": Iber d'Espagne, de Grèce et du Caucase, Brigos: devenus Phrygiens, et Ibry/Ivry devenus Heber/Hébreux (en Genèse XI: 16 et I Maccabées XII: 20-23).
Pélasges d'Asie mineure, de la koinè Πελαγος/Pelagos: "peuple de caboteur".
Dodanim (dans Genèse X: 4), qui est le désignatif biblique des Dardenos (nom égyptien des Troyens).
Tubal-Cain appelés Tibérariens (en Genèse X: 2) venus d'Arménie, ils s'installent dans la Terre d'Og de Basan future terre promise des Hébreux, au terme identique à la Tir-nan-og: "Terre de jeunesse/Terre des vivants" en teangorlach (monde keltiskr des esprits).
Sicanes du Latium et de Sicile.
Euskari de Guyenne et du Pays Basque, seuls à conserver leur nom d'origine.
Vascons de Gascogne, Draganii: "dragons" de Draguignan, Taurinii: "tonnerres" des Alpes, Mandubii: "scribes royaux" en sumérien (d'ascendance étrusque, ou de Manduo/Mannus: "petit cheval de trait", et Bi: "par" en keltisk) de l'West germanique.
Lettavii: "plat/large" en keltisk, de Bretagne armoricaine (ancien nom de la Gaule selon les Kelts insulaires, du continent en général, comme du Latium italien), mot de même origine que Lituanien et Letton (Lettevia en deutsch).
Picti: "rusés/peints" des Highlands d'Ecosse, Pictons du Poitou, Pict-arii: "Pictes courageux/supérieurs" en eskuara, et/ou Pict-Hardi: "Pictes braves" de Picardie en keltisk, dont un petit pays le Thierache, tire son nom de Teroasca: "la terre des champs" en ligure & ur-keltisk.
Comme les anciens habitants de Menton sont Mentonasques, ceux de Bergame Bergamasques, de Monaco Monégasques, également pour Manosque, Tarascon, Eze etc…
Sîd d'Irlande, d'un mot qui en keltisk, veut dire "paix/Seigneur" passé au gaulois Sedos: "siège/demeure des Dieux", à l'origine du Cide: "Saint" hébreu, Sidi: "Seigneur" arabe (emprunts Tusko-lydiens).
Tous sont le Becc Tuatha: "petit peuple" des légendes irlandaises.

D'autres tribus Ligures prirent un nom gaulois:

Les Vellaunii de Provence, de Fili: "voyant" et An air: "de l'Est".
Les Boii/Boïens du Main Deutschland, de l'Allier et des Landes de Bordeaux, de Bogi: "les terribles".
Les Salluvii/Salyes/Salyens de Narbonnaise, de Saliunca: "nard/parfum" (essence tirée de la valériane).
Les Anatilii du Massif des Maures, de Ana: "le souffle/esprit" et Til/Tul: "monticule".

Et de fait, les langues keltiskr remontent aux parlers proto-néolithiques (langues proto-indo-germaniques dites proto-indo-européennes en français, par réaction anti-germanique depuis l'union des Landers allemands fin XIXème début XXème siècle).

La terminaison en Asca/Osco des noms Ligures est une valeur purement kelt, du keltisk Aker: "champs", passé à l'anglo-normand Acre (mesure agraire), attestée par Aska: "cendre" en urnordisk, et le norrois Ask: "frêne", nom du premier homme dans la mythologie skandinave. Ce terme perdure dans Eskuari/Eskuarun: "Basque", Uasco: "Gascon" et l'hébreu Ashkenazi d'origine tusko-lydienne (donc kelto-nordisk), désignant les Germains...

--------------------
- Vituð enn eða hvat? : "Par toi-même en saurais-tu plus ?" (dit la Völuspásaga)
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédente 
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section histoire et archéologie  extension des Italiques au Nord: Les BelgesNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum