LE FORUM DES CERCLOSOPHES
LE FORUM DES CERCLOSOPHES
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section psychologie 

 Tueurs en série

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 Page suivante
Ase
Ase
5229 messages postés
   Posté le 06-12-2009 à 01:40:26   Voir le profil de Ase (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Ase   

Avez-vous déjà été fasciné par les tueurs en série ?

Vous-êtes vous déjà intéressé au profilage ?

Qu'est-ce qui peut motiver ces criminels ?

--------------------
Atil
Atil
26658 messages postés
   Posté le 06-12-2009 à 13:53:33   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

Est-ce que ca existe vraiment des tueurs en série qui tuent sans raison ?
Leurs mobiles ne sont-ils pas d'ordre sexuel et sadique ?

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
Atil
Atil
26658 messages postés
   Posté le 06-12-2009 à 14:04:18   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

Je n'entends pratiquement jamais dire qu'on a arrété un dangereux psychopathe qui tuait des gens en série.
C'est surtout dans les films policiers qu'on voit ca.
Aparemment ils sont bien peu nombreux.

Même s'ils sont psychopathes, ca n'empèche qu'ils doivent bien avoir un mobile. Lequel ?

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
Ase
Ase
5229 messages postés
   Posté le 06-12-2009 à 16:38:18   Voir le profil de Ase (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Ase   

Les études réalisés sur ceux-là ont généralement montré qu'il y avait quelques motivations principales qui pouvaient les guider :

- le désir de dominer
- le désir de contrôler des situations et de manipuler des personnes
- le désir d'éprouver des sensations intenses du domaine sensuel
- l'orgueil narcissique, la quête de célébrité
- le désir d'améliorer sa propre vitalité en incorporant des parties du corps des victimes

--------------------
Atil
Atil
26658 messages postés
   Posté le 08-12-2009 à 10:17:50   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

Donc tout ca se rapporte à une cause unique : l'Ego.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
Ase
Ase
5229 messages postés
   Posté le 19-12-2009 à 12:00:52   Voir le profil de Ase (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Ase   

Ce qui le motive c'est ce désir de toute puissance.

--------------------
tayaqun
loin derrière pour voir devant
tayaqun
2925 messages postés
   Posté le 20-12-2009 à 11:40:18   Voir le profil de tayaqun (Offline)   Répondre à ce message   http://homologie-historique.nuxit.net/   Envoyer un message privé à tayaqun   

Il me semble qu'il y a derrière un fait de société... Très peu de tueurs en série en Europe, une floppée aux US...
Je crois surtout à l'utilisation du filon par les médias: cela shoote!

(Ase: la Loi de l'évolution logarytmique ferait un beau sujet? )
Ase
Ase
5229 messages postés
   Posté le 23-12-2009 à 13:43:42   Voir le profil de Ase (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Ase   

(c'est déjà fait ici)

--------------------
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5138 messages postés
   Posté le 07-02-2010 à 18:08:36   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

TaoLeRetour a écrit :

[citation=martiko]au nom je suis trop égoïste et je préfère penser à moi.
Quand à Pizzaman mon p'ti coco t'as déjà vu respirer des hommes de pailles.
Tu connais les ventriloques, Toto?
T'as donc rinconpri!


Ça fait un moment que j'ai compris certaines choses... mais sans doute me trompé-je?
Eclaire moi, ô scarabée odoriférant plus qu'aurifère![/citation]

Par un bel après-midi, devant une porte, à Londres, entre un avoué, M. Utterson, accompagné d'un cousin éloigné, nommé M. Enfield. Ce dernier explique à M. Utterson une histoire qu'il avait vécue durant une nuit londonienne où un homme et une fillette s'étaient percutés et se mit a la piétiner. L'homme avait continué son chemin, laissant la petite fille hurlant sur le trottoir, comme s'il ne s'était rien passé. Mais l'homme fut intercepté par M. Enfield, qui lui demanda, avec le médecin de la petite fille, un dédommagement d'une centaine de livres (monnaie anglaise) aux parents de l'enfant. Rien qu'à le voir, l'homme donnait froid dans le dos. L'homme entra par une porte et ressortit avec quelques pièces d'or et un chèque signé d'un certain Dr Jekyll, ce qui est la clé de l'histoire.

L'enquête démarra comme une sorte de curiosité mêlée d'inquiétude, malgré les affirmations de Jekyll que Hyde ne présente aucun danger. Son point de vue change quand Hyde fut vu commettant un meurtre sauvage sur un membre respecté du parlement britannique. Comme Utterson assistait à l'enquête sur le crime, Jekyll devenait de plus en plus reclus et sombre, tandis que Utterson en venait à penser que le médecin aidait Hyde.

--------------------
aime la littératures
TaoTheKing
Citoyen du monde
TaoTheKing
6517 messages postés
   Posté le 07-02-2010 à 19:03:59   Voir le profil de TaoTheKing (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à TaoTheKing   

C'est très clair! Merci Marti.

--------------------
J'ai dit !
Ase
Ase
5229 messages postés
   Posté le 22-02-2010 à 07:11:29   Voir le profil de Ase (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Ase   

En faisant des recherches sur les statistiques, je viens de lire que les États-Unis comptent 85% des tueurs en série de la planète. Il semble donc bien que c'est là-bas que se développe une flopée de ce type.

--------------------
Atil
Atil
26658 messages postés
   Posté le 22-02-2010 à 08:56:59   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

Les tueurs en série sont peut-être des gens qui ont beaucoups lu de journaux, de livres et de films sur les tueurs en série. Médiatiser le problème ne fait que le créer.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
Ase
Ase
5229 messages postés
   Posté le 22-02-2010 à 09:10:24   Voir le profil de Ase (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Ase   

Il semble en effet que certains d'entre eux fonctionnent par imitation. Mais je ne connais pas la proportion.

--------------------
Atil
Atil
26658 messages postés
   Posté le 22-02-2010 à 11:57:23   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

Parle-t-on des tueurs en série aux USA parcequ'il y a de nombreux tueurs en série dans ce pays ?
Ou alors, au contraire, est-ce qu'il y a de nombreux tueurs en série aux USA parcequ'on parle beaucoups des tueurs en série dans ce pays ?

Ca me fait penser aux profanateurs de tombes ou aux brûleurs de voitures en France : Plus on en parle et plus ils deviennent nombreux.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
Ase
Ase
5229 messages postés
   Posté le 22-02-2010 à 19:02:13   Voir le profil de Ase (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Ase   

Je ne sais pas. Il faudrait demander à quelqu'un qui connaîtrait un historique des sorties des séries et films sur les tueurs en série afin de comparer avec les statistiques réelles avant que ces séries ou films ne sortent. Ainsi on se rendrait compte si il y a amplification dû aux films ou si ce taux était déjà si élevé aux States.

--------------------
Ase
Ase
5229 messages postés
   Posté le 08-04-2010 à 07:14:56   Voir le profil de Ase (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Ase   

Petit historique définitionnel :

Le tueur en série doit en partie sa triste renommée à une simple appellation mais judicieusement choisie. Seuls les termes sont inventés, car des criminels répétant leurs forfaits ont toujours existé.

La littérature médicale comporte depuis le siècle dernier des descriptions d’individus aux actes meurtriers répétés.

Krafft-Ebing, en 1881, dans Psychopathia sexualis, qualifie ces criminels récidivistes de « monstres psychosexuels » .

Lacassagne, en 1899, consacre un ouvrage au berger Joseph Vacher et à ses crimes sadiques.

Il faut attendre un siècle pour voir dans la littérature un essai d’appellation et de catégorisation des meurtriers à répétition au-delà des simples descriptions anecdotiques ou sensationnelles.

Le premier essai d’individualisation est réalisé par Cormier, en 1972, qui regroupe les meurtres à répétition sous le terme de « multicide » , synonyme de meurtres en série : « Le terme de multicide définit une succession d’homicides commis par une seule personne s’échelonnant pendant une longue période, sur des mois voire pendant des années et répondant généralement à un processus psychopathologique profondément ancré chez le meurtrier ; ce dernier choisit un type de victime et répète ses meurtres périodiquement jusqu'à son arrestation » .

En 1983, Egger propose une des premières définitions incluant le terme de meurtres en série.
Le qualificatif de meurtres en série est employé « lorsqu’un individu, masculin généralement, seul ou avec d’autres auteurs, commet, après un premier crime, d’autres meurtres ; l’agresseur et les victimes sont étrangers, sans relations entre eux ; les meurtres sont commis en des moments différents et fréquemment en des lieux différents ; le mobile n’est généralement pas un gain matériel » .

Ressler et Burgess donnent, en 1984, une définition brève : « Le meurtre en série correspond à une succession de crimes séparés par des périodes d’accalmies ; les actes sont espacés d’au moins deux jours et ils sont commis sur plusieurs semaines ou plusieurs mois » .

Holmes et de Burger, en 1988, définissent les homicides en série par « les meurtres de trois personnes ou plus sur une période de plus de 30 jours, avec une période d’accalmie significative entre chaque crime » .

Dans un manuel d’investigation policière, édité par le département de la justice américaine, en 1988, Brooks donne la définition suivante du meurtre en série : « C’est une succession de deux meurtres ou plus, perpétrés séparément, le plus souvent, par un agresseur agissant seul. Les crimes sont commis sur une période allant de plusieurs heures à des années. »

Ressler et Burgess modifient en 1988 leur première définition de 1984. Le meurtre en série correspond désormais « à trois homicides ou plus ; chaque acte meurtrier est séparé par une période d’accalmie émotionnelle qui peut être de plusieurs jours, de plusieurs semaines ou de plusieurs mois. Le meurtrier en série prémédite ses crimes qui sont souvent fantasmés et planifiés avec détails. »

Ressler et Burgess distinguent le meurtre en série du meurtre de bordée (spree murder) et du meurtre de masse (mass murder).
Le meurtre de bordée correspond « à deux homicides ou plus, commis sans période d’accalmie, en un seul événement mais en des lieux différents » et le meurtre de masse à « des homicides, avec au moins quatre victimes, perpétrés par un seul individu, en un seul événement et en un seul lieu. »

La définition du meurtre en série énoncée par Ressler est celle classiquement attribuée au FBI ;
Le terme de serial killer aurait été employé pour la première fois dans les années 1980, par le criminologue du FBI, Robert Ressler, qui avait décidé d’individualiser parmi les auteurs de nombreux actes meurtriers une catégorie qu’il estimait singulière et qu’il allait appeler les tueurs en série.
En inventant cette dénomination de tueur en série, inspirée par une référence cinématographique, Ressler lui donnait d’emblée la dimension médiatique qui lui est toujours associée.

Cependant, une autre définition émane également du FBI. Elle est moins connue et quelque peu différente. Elle est donnée par le National Center for the Analysis of Violent Crime qui classe les tueurs en série en deux catégories : l’une dite classique et l’autre correspondant aux tueurs de bordée, sous-groupe des tueurs en série.
Le meurtre en série classique correspond à « au moins deux actes meurtriers séparés, commis par un seul agresseur habituellement ; les intervalles entre les crimes allant de plusieurs heures à des années » . Le meurtre de bordée correspond à « deux meurtres ou plus commis en des lieux différents mais sans période d’accalmie entre les crimes ; l’intervalle entre les actes meurtriers peut aller de quelques minutes à quelques jours ; l’agresseur peut être un fugitif et présenter un haut degré de tension intérieure. »

Bénézech énonce en 1992 que les tueurs en série sont des « multirécidivistes du meurtre. Ils commentent leurs crimes pendant des mois ou des années. Un criminel est qualifié de tueur en série à partir de trois homicides sans mobile apparent et de sang froid. Le tueur de masse massacre simultanément un groupe de personnes, généralement avec une arme à feu. »

Hickey, en 1997, estimant que la définition d’Egger est trop restrictive et qu’elle exclut de nombreux tueurs en série, propose de qualifier de tueur en série « tout agresseur, homme ou femme, qui commet, avec préméditation, au moins trois crimes, séparés dans le temps ; l’intervalle entre les actes meurtriers allant de jours, en semaines, en mois ou en années. »

Keeney, en 1995, élabore une définition similaire du meurtre en série, en précisant qu’il correspond « aux meurtres prémédités et séparés d’au moins trois individus, en des temps différents, dans un contexte de paix ; l’activité meurtrière étant un choix de l'agresseur. »



Les différentes typologies :

Selon Dietz, « les tueurs en série souffrent tous d’un désordre mental ; presque tous sont des psychopathes sadiques sexuels, et seulement quelques-uns uns seraient psychotiques. »

Dietz distingue cinq catégories de meurtriers en série :

- le meurtrier psychopathe sadique sexuel : individu masculin ayant commis au moins une dizaine de crimes espacés dans le temps, présentant une personnalité asociale et un sadisme sexuel, animé par l’unique plaisir de tuer;

- le meurtrier de bordée, qui répète ses crimes motivés par une recherche de l’excitation, de l’argent et du gain;

- les membres d’entreprises ou d’organisations criminelles;

- les empoisonneurs en série et les assassins qui asphyxient à répétition : ce sont les gardes-malades, les nourrices, les baby-sitters, les infirmières et les médecins qui se livrent à ces actes criminels ; les victimes étant des enfants, des malades, des personnes âgées;

- les supposés psychotiques qui déclarent avoir agi sous l’emprise d’ordres hallucinatoires ou par influence.


R. Holmes et S. Holmes séparent les tueurs en série en quatre catégories selon un mobile prédominant :

- le tueur en série visionnaire (the visionnary serial killer) : il agit sous l’emprise de phénomènes hallucinatoires psychosensoriels. Il tue en réponse à un ordre hallucinatoire avec des victimes désignées;

- le tueur en série pseudo-justicier (the mission-oriented serial killer) : l’auteur tend par le crime à rétablir ce qu’il croit être la justice. Il y a souvent un sentiment de vengeance, plus ou moins intense, mêlé avec de l’altruisme, voire des raisons idéologiques. C’est le criminel par idéologie qui considère comme un devoir les actes qu’il commet, ou le criminel prophylactique, qui s’est investi d’un rôle, celui d’éliminer du monde ou d’une communauté des personnes qu’il qualifie « d’indésirables », « d’indignes »;

- le meurtrier en série hédoniste (the hedonistic serial killer) qui comprend trois sous-types, le tueur par lubricité (the lust killer), par plaisir (the thrill killer) et par gain (the comfort killer) :
1/ le tueur par plaisir : il tue pour le seul plaisir de cet acte, parce qu’il aime tuer;
2/ le tueur par lubricité, correspondant au meurtrier sadique sexuel;
3/ le tueur par gain : ses meurtres sont dictés par les profits et les gains matériels qu’il en retire (argent, assurance-vie, etc.). Il tue pour s’approprier les biens ou l’argent d’autrui et répète ses crimes dans ce sens;

- le meurtrier en série par pouvoir et contrôle (power and control killer) : il ressent et recherche le plaisir et l’excitation de disposer d’autrui comme bon lui semble et d’exercer une totale domination sur ses victimes.


Hickey, en 1991, sépare les meurtriers en série en trois catégories selon leur degré de mobilité :

- le tueur d’un seul lieu (the place specific murderer) : il tue toujours dans le même lieu, dans un endroit précis, dans sa résidence, sur son lieu de travail ou à proximité de ceux-ci;

- le tueur d’un territoire (the local murderer) : il ne quitte pas les limites de l’État où il a commencé à tuer et commet plutôt ses crimes en zone urbaine;

- le tueur itinérant (traveling murderer) : il sillonne les routes, franchit les États, compliquant et égarant les recherches policières.

R. Holmes et S. Holmes, en 1998, ont établi une classification similaire entre les tueurs en série sédentaires (geographically stable) et les tueurs en série mobiles (geographically transient).


La dichotomie entre tueur organisé et désorganisé a été proposée, en 1980, par Hazelwood et Douglas, dans la description du tueur par lubricité, puis étendue aux tueurs en série. Pour ces auteurs, « le tueur organisé est un individu égocentrique, amoral et manipulateur, qui commet méthodiquement ses forfaits meurtriers. À l’opposé, le tueur désorganisé est un individu solitaire, éprouvant des sentiments de rejet, commettant des actes meurtriers par opportunité » .

Enfin Mac Culloch, inspiré de la dichotomie précédente, a proposé en 1995 de scinder les actes criminels répétitifs entre attaques non préméditées et attaques préméditées, en tenant compte également du mode opératoire.

Et Bénézech présente une dichotomie des tueurs en série entre motivations « rationnelles et psychopathologiques » .


source : Annales médico psychologiques.

--------------------
tayaqun
loin derrière pour voir devant
tayaqun
2925 messages postés
   Posté le 05-06-2010 à 22:47:07   Voir le profil de tayaqun (Offline)   Répondre à ce message   http://homologie-historique.nuxit.net/   Envoyer un message privé à tayaqun   

Un fait nouveau est apparu en Chine, et cela très récemment.
Des hommes entrent dans des écoles maternelles et se mettent à tuer tout ce qui bouge.

Les raisons sont obscures.
Séquelles d'une politique démographique contraignante?

C'est le troisième ou quatrième meurtre en série du même type en moins d'un an... Plus d'une dizaine de victimes à chaque fois...
nordevan
Plus libre?
12 messages postés
   Posté le 06-06-2010 à 07:55:44   Voir le profil de nordevan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à nordevan   

Bonjour
Ase nous décrit -avec pertinence- les motivations et les typologies de ces personnages.
On ajoute, actuellement, deux nouvelles pistes:
L'une , dans la lignée de l'école jungienne, fait intervenir la notion de l'inconscient collectif (vu sous l'angle d'un "savoir total" : Tout comme les OVNI qui ont été vus (réellement vus) après la parution d'un roman de science fiction (en 1947 ?), le "tueur en série" est apparu après la diffusion de séries télé, aux Etats Unis.
L'autre piste, plus récente, avance la notion de « récurrence des "souvenirs traumatiques » tout au long de la vie. En effet, les souvenirs traumatiques (dont l'origine peut être inconnue) provoquent des comportements irrationnels et irrépressibles. Le tueur "en série" a la particularité, lui, d' être structuré de telle sorte que la résurgence du souvenir traumatique est cyclique.

--------------------
Atil
Atil
26658 messages postés
   Posté le 06-06-2010 à 10:50:46   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

Serait-il donc un maniaco-dépressif cyclotymique !?

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
Ase
Ase
5229 messages postés
   Posté le 07-06-2010 à 14:06:52   Voir le profil de Ase (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Ase   

J'ai quand même l'impression que le tueur en série à un sens du contrôle et de la domination. Est-ce que ça peut être compatible avec une personnalité cyclothymique ?

--------------------
Atil
Atil
26658 messages postés
   Posté le 08-06-2010 à 11:30:58   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

Une personne cyclothymique (maniaco-dépressive) pourrait passer par des phases "maniaques" ou elle ose passer à l'action, et des phases "dépressives" où elle est trop repliée sur elle-même pour agir.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5138 messages postés
   Posté le 08-06-2010 à 19:31:55   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

Atil a écrit :

Les tueurs en série sont peut-être des gens qui ont beaucoups lu de journaux, de livres et de films sur les tueurs en série. Médiatiser le problème ne fait que le créer.


au bout de la combientième je peux devenir promotioné "tueur en série"?

--------------------
aime la littératures
TaoTheKing
Citoyen du monde
TaoTheKing
6517 messages postés
   Posté le 08-06-2010 à 19:33:50   Voir le profil de TaoTheKing (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à TaoTheKing   

Un tueur en série est un meurtrier récividiste qui a commis au moins trois meurtres, un intervalle de temps — de quelques jours à plusieurs années — séparant chacun de ces meurtres, qui réalise un certain niveau de satisfaction par la mort de sa victime.

wiki.

3, ça me parait faiblard...

--------------------
J'ai dit !
Ase
Ase
5229 messages postés
   Posté le 08-06-2010 à 22:20:18   Voir le profil de Ase (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Ase   

C'est bien vu Atil en effet.
Je vais essayer d'orienter mes recherches de ce côté-ci.

J'avais en tête que les tueurs en série étaient des gens qui contrôlaient tout, et n'étaient jamais dépressif, mais cet éclairage est intéressant.

Peut-être que la classification de Bénézech (cf. plus haut) apportera de l'eau au moulin.

--------------------
ZaQieL
Soyez asservis et heureux de l'être!
ZaQieL
1484 messages postés
   Posté le 09-06-2010 à 13:12:32   Voir le profil de ZaQieL (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à ZaQieL   

Ase a écrit :

J'avais en tête que les tueurs en série étaient des gens qui contrôlaient tout, et n'étaient jamais dépressif, mais cet éclairage est intéressant.


Il ne faut pas confondre les tueurs en série avec les psychopathes. Les premiers sont effectivement très perturbés émotionnellement et psychologiquement.

ZaQieL

--------------------
Si vous désirez la sympathie des masses, vous devez leur dire les choses les plus stupides et les plus crues.

Connaître, c'est comprendre toute chose au mieux de nos intérêts.

La conscience est la dernière et la plus tardive évolution de la vie organique, et par conséquent ce qu'il y a de moins accompli et de plus fragile en elle.
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 Page suivante
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section psychologie  Tueurs en sérieNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum