LE FORUM DES CERCLOSOPHES
LE FORUM DES CERCLOSOPHES
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section histoire et archéologie 

 Le basque: Réflexions d'un passé paléolithique?

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 Page suivante
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5144 messages postés
   Posté le 17-02-2010 à 19:12:21   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

Le groupe le plus souvent présentée comme les meilleurs représentants de la descendance génétique de Europe'S chasseurs-cueilleurs de pré-néolithique passé est le basque. Dans ce cas, le idée d'une ascendance relativement peu diluées paléolithique est un compréhensible un, étant donné que le basque, qui aujourd'hui habitent les montagnes des Pyrénées de l'Espagne et France, restent le seul groupe d'Europe occidentale qui continuent à parler une non-moindo-Européen des langues (Euskara) avec ne connaît pas de parents vivants européenne. Le Basque sont généralement représentés non seulement les vestiges génétique de la plus ancienne habitants de Europe, Mais aussi l'un des plus anciens isolats humains, ne recevant pas significative génétiques des contributions de l'extérieur. Cet isolement est censée reflétée par le basque culturelle / linguistique caractère unique, un niveau élevé de l'endofaisandée, et la protection géographique dans le choix Pyrénées Montagnes.



En raison de cette spécificité, la Basque ont fait l'objet de nombreuses études génétiques, permettant aux chercheurs d'examiner si la perception du basque en tant que représentants des communautés autochtones Paléolithique pool génétique est en fait valable. En outre, de nombreuses études ADNA ont également été effectués sur les deux Néolithique et des vestiges historiques basque, offrant la possibilité aux aux chercheurs de comparer des temps modernes Basque avec leurs homologues du Néolithique. Jusqu'à présent, toutefois, seuls quelques chercheurs ont effectué une telle comparaison. Ces peu ont abouti à des conclusions qui sont incompatibles avec l'idée que le basque population représente un «fossile vivant» des premiers colons européens de la Paléolithique. (Alonso, 2005)



Une de ces études a comparé l'ADN mitochondrial variabilité d'une population basque historique (VI-VII siècle après J.-C.) remis de la nécropole de Aldaieta (Nanclares de Gamboa, Araba, Pays Basque) avec reste testés à partir de trois sites préhistoriques en Pays Basque remonte à 4000-5000 ans avant le présent ( «YBP"). (Alzualde 2005) Ces populations ont ensuite été comparés avec des temps modernes basque. Les résultats ont été spectaculaires.



Les chercheurs ont découvert que l'ADNmt de la population basque historique s'inscrit dans la gamme de populations actuelles-Along Europe's côte Atlantique, connue comme «la frange atlantique», tandis que les populations préhistoriques basques ont été clairement différenciées. En particulier, les différences de fréquence notable ont été trouvés parmi les haplogroupe K, V, H et J résultats. Par exemple, l'haplogroupe K a été trouvé à un niveau élevé fréquence parmi les groupes préhistoriques (16% - 23%), mais est presque absent du aujourd'hui basque, et chez les Européens modernes, il se produit entre 3,6% à 7,7%.



Haplogroupe H, l'hypothèse d'avoir Présent en Europe au moins depuis le paléolithique et le plus commun haplogroupe parmi les Européens actuels (environ 50%) et le basque (62%), a également été trouvé à une fréquence élevée de 48% parmi les vestiges historiques à Aldaieta, mais à des fréquences plus basses sur les sites préhistoriques (37% à SJAPL et Rico Ramos, 44% à Longar). Cet variation suggère qu'il existe une hétérogénéité entre les différents préhistoriques communautés elles-mêmes, avec quelques communautés ayant une fréquence plus élevée de certaines haplogroupes que d'autres. (Altzualde 2005)



Haplogroupe V, d'autre part, est considéré comme étant apparu dans le voisinage de Basque Comté, Éventuellement au cours de la fin des années Paléolithique, et se trouve aujourd'hui dans sa plus haute fréquence chez nos jours Basque groupes (10,2%). Pourtant, le V chercheurs n'ont pas trouvé parmi les vestiges préhistoriques. L'absence totale de la préhistoire V dans un région où V est considéré comme étant apparu perturbe la théorie de la V Origines sud-ouest du paléolithique parmi les Européens. Il met également en doute la croyance que V présence parmi moderne basque représente la continuité génétique de leur Paléolithique ancêtres (Itzgirre 1999).



Une autre preuve ADNA soutient la vue que V soit ne sont pas originaires de cette région ou ne représente pas le vestiges d'une lignée paléolithique autochtones. Il a été théorisé que les Espagnols et le Basque mai partager des affinités génétiques comme des reliques des communautés autochtones du Paléolithique Européens. Les anciens Ibères, un groupe habitant le Péninsule ibérique y compris l'actuelle Espagne (et in fine leur nom à cette région) d'au moins l'âge du bronze, a également parlé un non-IndoLangue européenne, mais sans rapport avec la langue basque. Pourtant, dans un étude sur la diversité de l'ADNmt de la pré-romain datant anciens Ibères de 6e siècle avant JC, les chercheurs ont également constaté l'absence de haplogroupe V, conduisant à la conclusion que «cette lignée fut pas particulièrement répandue dans les populations anciennes avec les pays non jendoLangues de l'Europe de la Péninsule ibérique »(Sampietro, 2005). Le chercheurs plutôt suggéré que la fréquence élevée de V chez les contemporains Basque était plus probablement le résultat de la dérive génétique ou de mélange avec plus tard arrivées de migrants haplogroupe V. Dans particulier, l'impact des immigrés plus tard à la région, y compris les Romains, Wisigoths et les Vandales, mai, ont exercé un impact cumulatif sur la génétique peuples de la Péninsule ibérique. Plupart important encore, ils ont fortement suggéré que les deux Ibères et basque sont composé d'une mosaïque complexe de peuples pré-romaine "qui sont apparues non pas de Paléolithique chasseurs-cueilleurs, mais du côté du Bronze et du Fer communautés locales Age.



Des conclusions similaires ont été conclus lors de l'analyse des résultats haplogroupe J ADNmt chez les basques. Haplogroupe J est considérée comme une lignée principale de Néolithique expansion hors de la Moyen-Orient. Bien que absentes du site préhistorique de Longar basque, il est présent à l'autre deux, l'affichage des valeurs d'environ 16%. Même à Aldaieta, haplogroupe J atteint une fréquence de 14,7%, encore en jours-Basque, J est présente à une faible fréquence de 2,4%. Ainsi, cette lignée néolithique a été clairement présents dans les hautes fréquences tant chez les Basques préhistoriques et historiques groupes. Pourtant, la faible fréquence des haplogroupe J parmi les basques contemporains a amené les chercheurs à tort conclure que la population basque précoce a été génétiquement pas affectée par ce Néolithique lignée. En réalité, haplogroupe J semble avoir subi une sévère réduction de fréquence parmi les Basque au fil du temps.



Fréquence des différences entre les Résultats de l'ADNmt entre les populations modernes et de la préhistoire basque amené les chercheurs à conclure qu'une «discontinuité» existe entre la préhistoire et des temps modernes groupes (Alzualde 2005). Les résultats suggèrent également que la reconstruction de l'histoire biologique des populations européennes fondées que sur des résultats d'ADN en cours est souvent trompeuse et inexacte. Utilisation haplogroupe J comme exemple, Alzualde explique que parce que «la population basque est considérée comme un cas atypique en ce qui concerne la composante néolithique, il a été proposé que cette région a connu une plus petits que les effets génétiques des agriculteurs néolithiques. Mais si nous acceptons que la lignée J est un marqueur des migrations des néolithique les populations du Proche-Orient, puis le Pays basque a également connu les impact de ces personnes, comme le montre la fréquence élevée de l'haplogroupe J dans certaines populations anciennes "(Alzualde 2005).

Une autre preuve de ADNA Basque sites archéologiques corrobore cette conclusion. Alzualde plus examiné de près les la fréquence et la présence de haplogroupes diverses, y compris un certain nombre de rare haplotypes, parmi les basques de la 6e-7e siècles à partir du site historique de Aldaieta. (Alzualde 2006) Il avait également examiné les ADNmt de Aldaieta dans son étude précédente, mais pas avec les profondeur de la couverture présents dans cette enquête subséquente.



L'étude a souligné l'incertain base de la population Aldaieta. Alors que le reste a suggéré que le site a été réglée par «autochtones individus "ayant des liens familiaux stables, le pourcentage élevé d'armes et de similitude des objets funéraires des cimetières francs ont également été noté, en évidence des liens de trafic ou de contrôle, même provisoire franque de la langue basque territoire.



Parmi les haplotypes les quinze Aldaieta, neuf sont rares ou uniques haplotypes. Les haplotypes uniques sont trouvés dans haplogroupes T, U5, U2 et J. L'un des ces haplotypes alésage d'étroites affinités avec les populations modernes que dans Europe orientale, Tandis que le reste de la haplotypes inhabituelles ont été presque absente des populations européennes contemporaines, y compris le basque.



Les chercheurs ont également découvert la présence de l'haplogroupe M1 à Aldaieta, un haplogroupe rare chez nos jours Les Européens et les peuples du Péninsule ibérique. Cela suggère un lien génétique probable entre les historiques Groupe basque et Nord-Ouest de l'Afrique, Où les séquences semblables à celles Aldaeita ont été trouvé. Cette relation est antérieure à la Période musulmane, puisque la chronologie de la matière reste à Aldaeita est datant d'avant la 8e siècle de notre ère, l'époque où l'occupation par les Maures a commencé.



Les chercheurs ont émis un avertissement les généticiens, les autres, ce qui suggère que les hypothèses formulées sur la seule base des résultats de l'ADN de populations d'aujourd'hui, sans l'accompagner de preuves ADNA peut conduire à des reconstitutions d'histoires inexactes population. Généticiens qui propose une base non diluée Ascendance paléolithique pour le basque le font souvent sans référence à de nombreux ADNA études. En conséquence, ils incorrectement attribuer les résultats uniques et inhabituels, génétique des contemporains Basque comme indicateurs d'origine paléolithique non dilué.



L'étude a conclu avec Aldaieta l'idée controversée que le basque ne sont pas seulement influencés par gene flow cumulé sur les ancêtres du néolithique Proche-Orient et ainsi que plus tard envahisseurs, mais mai ont été touchés par la poste important biologiques néolithique événements, y compris la dérive génétique et sélection naturelle. Compte tenu de la discontinuité génétique entre populations présentes et préhistoriques, les chercheurs ont exhorté leurs collègues à considérer l'idée que «les modèles génétiques des populations d'aujourd'hui reflètent les processus d'évolution vécue par leurs prédécesseurs », suggérant que ces sociétés post-néolithique processus ont modifié la composition génétique de la Basque et de la population européenne dans son ensemble.



D'autres études génétiques sur le Basque ont porté sur l'examen des groupes sanguins, les loci STR, et des marqueurs autosomique, souvent dans une tentative pour soutenir le paradigme paléolithique. Toutefois, à la lumière des études ADNA, basque Le caractère distinctif peut être expliquée par les processus de dérive génétique, consanguinité sur de longues périodes de temps et les processus naturels sélective. Pour Par exemple, un corrélation n'a été observée entre la différenciation génétique accrue entre les Européens et les groupes basques parle encore la langue basque. (Perez-Miranda 2005) Il a été postulé que l'un des agents responsables de l'isolement basque au cours des siècles est la langue basque. Donc, la plus conservatrice du maintien de la langue basque, le plus probablement la communauté basque particulièrement souffert des effets de l'isolement et génétiques dérive.



En outre, les chercheurs ont noté que le basque est unique parmi les populations européennes en raison de leur très taux élevé de consanguinité. Sociaux du Pays Basque et des traditions culturelles continuent à promouvoir la consanguinité. L'impact génétique de la consanguinité ce type n'a encore à pleinement explorées par les généticiens, mais la fréquence élevée des troubles héréditaires parmi les basques, y compris les déficiences de coagulation (facteur XI) et Mutation F508 (Cystic Fibrosis Gene), favorable à la suggestion que la dérive, la consanguinité, et une petite population maintenue pendant de nombreuses générations, par opposition à rétention significative du Paléolithique ascendance génétique, explique le mieux le présente constitution génétique du basque (Alonso, 2005; Bauduer 2005).



Enfin, même les chercheurs qui ont trouvé des preuves limitées d'ascendance génétique paléolithique parmi les probables Basque reconnaissent aussi que ces résultats ne soutiennent pas la prétention que basques contemporains conservent des liens plus importants avec génétiques indigènes Paléolithique Européens. (Gonzalez 2006) Par exemple, bien que le basque lignée d'ADNmt U8a mai date à la fin du Paléolithique, il est rare de trouver aujourd'hui parmi les Européens d'aujourd'hui et, en outre, ne constitue que 1% de basques contemporains résultats ADNmt. Ainsi, U8a a diminué en fréquence dans les populations aujourd'hui dans un de manière similaire à la lignée N1a.





--------------------
aime la littératures
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5144 messages postés
   Posté le 17-02-2010 à 19:17:12   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

en fait les basques semblent être un des derniers peuples arrivé en Europe.

--------------------
aime la littératures
Atil
Atil
28850 messages postés
   Posté le 17-02-2010 à 20:04:00   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

Les Basques ont une langue isolée.
S'ils sont également isolés génétiquement alors il a du leurs arriver ce qui arrive à tous les petits peuples isolés : Certains de leurs allèles sont devenus trés fréquents alors que d'autres sont devenus trés rares. S'ils avaient eu des échanges génétiques plus fréquents avec d'autres peuples, leurs allèles se seraient plus équilibré.
Les Basques et autres peuples isolés d'Europe sont donc comme les petits peuples qu'on trouve dans les iles de la Mélanésie : Leurs allèles ont des distributions variables d'une ile à l'autre et on ne peut rien en déduire sur ce que pouvaient être la distribution des allèles de leurs ancètres.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5144 messages postés
   Posté le 17-02-2010 à 20:19:25   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

le problème n'est pas au niveau du pays mais du village car les basques ne se mariaent pas autrefois d'un village à l'autre sauf exception mais aujourd'hui le problème a disparu de puis plusieurs générations qui ont mis fin à la loi des cagots et ainsi que de tous les anciens codes de type tribaux (similaire aux castes).
Et aujourd'hui les basques se marient meme dans une province différente, comme Labourd-Alava, ce qui autrefois était l'exception.

--------------------
aime la littératures
Atil
Atil
28850 messages postés
   Posté le 17-02-2010 à 21:03:00   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

Les Basques ont donc vécu comme les ptits peuples insulaires isolés.

Les "effets fondateurs" ont du être importants.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5144 messages postés
   Posté le 17-02-2010 à 22:02:46   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

Évidemment c'est une singularité des basques, le résultat fut la mucoviscidose et la luxation de la hanche avec les records du monde, pour les petit villages de Lapourrdiy (Labourd)

--------------------
aime la littératures
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5144 messages postés
   Posté le 17-02-2010 à 22:06:29   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

mais les Écossais et les Bretons ne doivent pas sourire ils sont juste derrière les basques au classement de ces maladies!

--------------------
aime la littératures
thersite
Malheureux qui comme Thersite est incompris.
thersite
663 messages postés
   Posté le 17-02-2010 à 22:46:19   Voir le profil de thersite (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à thersite   

Am J Hum Biol. 2008 Mar-Apr;20(2):154-64.
Mitochondrial DNA haplogroup diversity in Basques: a reassessment based on HVI and HVII polymorphisms.

Alfonso-Sánchez MA, Cardoso S, Martínez-Bouzas C, Peña JA, Herrera RJ, Castro A, Fernández-Fernández I, De Pancorbo MM.

Departamento de Genética y Antropología Física, Facultad de Ciencia y Tecnología, Universidad del País Vasco, 48080 Bilbao, Bizkaia, Spain.

This study provides a more complete characterization of the mitochondrial genome variability of the Basques, including data on the hypervariable segment HVII of the D-loop region, which remains relatively unknown. To that end, genomic DNA from 55 healthy men living in the Arratia Valley (Biscay province) and the Goiherri region (Guipúzcoa province) was examined by direct sequencing. Three-generation pedigree charts were compiled to ensure the collection from autochthonous individuals. The most notable findings emerging from the analysis of haplogroup composition are: (i) lack of U8a mitochondrial lineage, a rare subhaplogroup recently identified in Basques and proposed as a Paleolithic marker, (ii) low frequency of haplogroup V, which conflicts with results of earlier analyses describing high frequencies in southwestern Europe, and (iii) high frequency of haplogroup J, especially subhaplogroups J1c1 and J2a. The frequency of haplogroup J does not coincide with previous mtDNA studies in present-day Basques, but is congruent with frequencies found in prehistoric and historic Basque populations. In explaining divergence in haplogroup composition between modern Basque samples, we hypothesized spatial heterogeneity promoted by population fragmentation due to extreme limitation of dispersal opportunities during the Pleistocene glaciations. Similarities between extinct and extant Basque populations as for the high frequency of lineage J, as well as the abundance of this haplogroup in northern Spain endorse a shift in the focus of attention of mtDNA analysts. A refined dissection of haplogroup J might provide more solid evidence about the process of postglacial recolonization of Europe, and thus about the shaping of the European gene pool.

PMID: 18172868 [PubMed - indexed for MEDLINE]

--------------------
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5144 messages postés
   Posté le 18-02-2010 à 01:11:50   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

L'idée de la dilution de la génétique lignages a également été proposé dans l'étude ibérique antique dans lequel le Les chercheurs ont noté l'impact cumulatif probable génétiques exercées par les envahisseurs Romains, les Wisigoths et les Vandales sur les peuples de la Péninsule ibérique. (Sampietro 2005) Cependant, alors que redistribution des lignées d'ADNmt par la migration et la dilution mai être un facteur incidence sur la continuité génétique, les processus évolutifs mai être une autre facteur contributif. Cette controverse idée a été proposée par Alzualde dans ses études sur le verbe basque (Alzualde 2005). Ce que ces processus d'évolution pourrait être, cependant, n'a pas été explorée plus avant.



Il existe de nombreuses études suggérant que la variation génétique ADNmt mai être associés à adaptative sélective, et sont aussi liés aux maladies complexes et de troubles. (Ruiz-Pesini 2004; Moilanen 2003) Certains chercheurs ont fait valoir que l'humain l'évolution du génome a été façonné au fil du temps en premier lieu par les maladies infectieuses et que l'ADNmt a joué un rôle central dans le processus de sélection en raison de sa contrôle du métabolisme cellulaire (Samuels, 2006).



Mitochondrial haplogroupe J a été associée à la neuropathie optique héréditaire de Leber, une maladie rare qui responsable de la cécité chez les jeunes (Man, 2004). Il a également été associés à la protection possible contre la maladie de Parkinson Maladie, mais une susceptibilité accrue à la sclérose en plaques (Ruiz-Pesini 2004; Ross 2003). En outre, Haplogroupe J a été lié à la longévité accrue (De Benedictis 1999; Coskun PE 2003). Haplogroupe K et T ont été associés à protection contre la maladie d'Alzheimer (Ruiz-Pesini 2004). Haplogroupe K a également été lié à une diminution du risque de maladie de Parkinson (Ghezzi 2005). Haplogroupe U a été liée à l'augmentation risque d'AVC occipital, et sous-U5 clade spécifiquement à l'AVC migraines (FINNILÄ 2000). Haplogroupe H a été liée à Les taux de survie a augmenté après la guérison de septicémie (Baudouin, 2006).



Toutefois, un certain nombre d'autres études n'ont pas réussi à étayer les liens entre les différents haplogroupes ADNmt et résistance aux maladies sélective ou avantages adaptatifs (Houshmand 2004; Yao 2002; Rose 2001). Ainsi, le rôle que la fonction mitochondriale et la variabilité mai jouer dans la sélection adaptative, en particulier la résistance aux maladies, reste floue.



D'autres chercheurs ont affirmé que des mutations spécifiques de remplacement ADNmt permis à nos ancêtres préhistoriques s'adapter à des climats plus au nord où ils ont émigré hors de Afrique (Ruiz-Pesini 2004). Ces mêmes mutations sont prétendument influent sur notre santé aujourd'hui. Ces effets sur la santé secondaires est devenu soit délétère ou d'adaptation en termes de évolutif de sélection.



Dans ce scénario, les lignages qui rencontre de nouveaux environnements pour lesquels leurs mitochondries sont mal adaptés serait être éliminés par la sélection, comme le ferait toute lignages qui se sont développées délétères mutations. Ces extinctions ne laisserait aucune trace dans la phylogénie. De même, sélection entraînerait lignées présentant des mutations qui ont été positivement adaptative pour deviennent plus nombreux. Ces adaptative mutations peuvent encore être observées dans les nœuds internes de la phylogénie où leur position indique qu'ils ont été hautement conservés.

Les chercheurs ont suggéré que variation haplogroupe ADNmt a été principalement influencé par sélective climatiques pressions. Plus précisément, les changements dans ADNmt variantes d'acides aminés permis à certains lignages européen adressa autrefois à l'ADNmt s'adapter à des climats plus froids, en particulier parmi les haplogroupe H, I + N1b, J, et X. Ces haplogroupes étaient plus élevés les valeurs de remplacement mutation dans leurs branches internes et de rétention plus élevé des acides aminés modifiés par rapport à ceux de l'ADNmt haplogroupe L, le les plus courantes dans haplogroupe AfriqueTémoignent de l'influence de la sélection adaptative entre les Européenne lignages. Selon le chercheurs, cette sélection de l'Arctique a entraîné "l'enrichissement régionale de spécifiques lignages ADNmt (haplogroupes) "dans Europe (Ruiz-Pesini 2004).



Toutefois, il convient de noter que haplogroupes I, N1b, et X se produisent à des fréquences beaucoup plus faible chez les populations européennes d'aujourd'hui que haplogroupe H et J, en conflit avec l'idée que ces particuliers lignages ont des avantages de survie équivalente basée sur l'adaptation climatique. En outre, la théorie de l'climatiques pression sélective profilage du génome de l'ADNmt continue à rester un sujet de débat entre les généticiens.



Dans une autre étude, les chercheurs suggéré que les différences observées entre les groupes d'ADNmt utilisées dans la Ruiz-Pesini étude étaient simplement le résultat de la comparaison "spécifique à la région haplogroupes de la diversité des niveaux différents: par exemple, le «vieux» paragroup L dans Africains haplogroupes vs "jeune" Arctic "(Kivisild 2006). Kivisild Bien que l'étude n'a pas détecté lignée de sélection positive spécifique, la preuve d'un site spécifique positif sélection a été trouvé dans mitochondrie encodés ARNr. Cette sélection semblait impliquer les remplacement de deux acides aminés spécifiques, la thréonine et la valine, avec deux autres acides, l'alanine et l'isoleucine. Cet Kivisild modèle conduit à penser que l'alimentation plutôt que le climat pourrait être l'un important facteur sélectif impact histoires population ADNmt. Selon Kivisild, [t] et hreonine valine, acides aminés essentiels qui doivent être prises dans l'alimentation, sont abondants dans viandes, poissons, arachides, les lentilles, et le fromage cottage, mais déficiente dans la plupart des grains ».



Compte tenu de la modification importante dans le régime alimentaire que les populations européennes ont subi pendant l'ère néolithique comme ils la transition des chasseurs-cueilleurs de subsistance à une agriculture à base de céréales régime alimentaire, la théorie Kivisild de pression de sélection potentiel basé sur les apports nutritionnels les facteurs justifiant une enquête plus loin.



Ancient ADNmt variantes avantageuse dans un climat ou l'environnement diététiques mai ont été inadaptés dans un environnement différent, ce qui contribue à l'essor de bioénergétique moderne troubles tels que l'obésité, l'hypertension, le diabète et cardiovasculaires maladie. (Mishmar 2002) Cependant, qu'elle soit due à des facteurs alimentaires, adaptation au climat, la résistance aux maladies ou une combinaison de pressions sélectives, Ces études suggèrent que la sélection naturelle mai ont joué un rôle dans déterminer quelles lignées ADNmt a survécu au fil du temps.



Conclusion: Why We Are Not Our Ancestors



Les études de l'ADN ancien présenter un Photo de la rupture génétique ou la "discontinuité" entre anciens et modernes Européenne histoires maternelle. Cet éléments de preuve indiquent que, de nos jours les fréquences ADNmt haplogroupe et distributions devraient pas être considérés comme des fossiles vivants de Europe'S paléolithique passé.



Actuellement, l'image génétiques présenté par les études ADNA repose exclusivement sur l'ADN mitochondrial résultats. Cette forme d'ADN, contrairement à celui du chromosome Y, est généralement conservé dans une forme qui permet de tester des vestiges antiques. Toutefois, le Y Photo génétique du chromosome Europe mai ont également subi des changements importants similaire à que l'impact sur l'antique lignée maternelle. Les résultats d'ADN ancien fournir un cadre d'avertissement pour les généticiens dans leurs efforts de reconstruction de la distribution et la fréquence de Y Europe, ce vieux lignages chromosome. Des temps modernes Les Européens ne peuvent pas exactement être utilisés comme indicateurs génétiques pour leur préhistoriques homologues.



Ces conclusions stand en Stark Contrairement au modèle présenté par de nombreuses études sur l'ADN d'une génétique non perturbées lien entre les groupes contemporains et Paléolithique européen. Pourtant, les preuves de la continuité génétique est rares, même parmi les populations telles que le basque. Plus problématique, elle contredit la conclusions des études de l'ADN ancien. Ces études indiquent que les populations ont en effet changé de façon spectaculaire au fil du temps, avec quelques anciens lignages souffrances des réductions et même des extinctions à partir du pool de gènes européennes.



Extinction semble être le sort subi par les lignées maternelles Etrusques. De nombreux autres anciens groupes semblent avoir subi un sort similaire, le continuité de leurs lignées génétiques éteint, pour les générations futures. Seul le dossier archéologique reste un témoigne de leur existence. Certain lignées génétiques, comme l'haplogroupe H ADNmt, en vint à dominer le paysage génétique avec le temps. L'Europe contemporaine Photo génétique est donc un reflet de ces complexes et démographiques processus d'évolution, le changement et l'adaptation jusqu'à ce qu'elle n'est plus un simple reflet de son passé génétique, mais un nouveau et en évolution constante de la population.

Effectivement dans le nord-est de l'italie très important aborigène I (aborigen yougoslave) pour le Y DNA mais l'absence de U8 ou U7 ou U6 ou K mais par contre la présence importante de T2 qui est l'indo-européen Yougoslave.
Cela signifie que les femmes slaves ont supplanté totalement les femmes aborigènes comme au pays basque ou en Irlande pour les hommes R-P312.

--------------------
aime la littératures
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5144 messages postés
   Posté le 18-02-2010 à 01:20:29   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

une données culturelle majeure n'a pas été mise en relief dans cet exposé, c'est poids de la civilisation, et notamment le at qui sont les femmes d'éleveur et les H le femmes d'agriculteurs (excepté les H3 basques qui présentent des attitudes similaires au T).
Cette données culturelle physiologique pourrait expliquer le remplacement de U par T et H en Italie étrusque.

--------------------
aime la littératures
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5144 messages postés
   Posté le 18-02-2010 à 01:26:53   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

Parce que les races sont évolutives et que Darwin avait vu juste et des races naissent et d'autres disparaissent. Les étrusques et les Ligures ont disparus et les yougoslaves, les basque et les germains ont prospéré parce que ils possédaient le bon gène, mais qu'ils le devaient à leur civilisation, celle des enfants de Maikop


Edité le 21-03-2012 à 22:12:12 par martiko




--------------------
aime la littératures
Atil
Atil
28850 messages postés
   Posté le 18-02-2010 à 09:19:01   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

Si les Basques étaient des descendants des paléolithiques ayant conservé leurs allèles anciens, ils seraient de type cro-magnon.
Hors ils sont de type méditerranéen comme les autres peuples qui les entourent.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
thersite
Malheureux qui comme Thersite est incompris.
thersite
663 messages postés
   Posté le 18-02-2010 à 12:12:49   Voir le profil de thersite (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à thersite   

D'abord les singularités génétiques des basques semblent rester dans les limites des singularités d'autres régions de l'Europe. La spécificité basque est seulement d'avoir été étudiée , souvent avec des échantillons localisés, ce qui peut avoir entrainé des erreurs d'estimation sur la population basque générale comme le dit l'étude de 2008 sur 55 adultes qui relève moins de V et plus de J dans la population actuelle que ne le donnait les anciennes estimations. Probablement aussi, certains chercheurs ont trop souvent chercher les singularités en étudiant des groupes isolés et faibles numériquement sous-estimant des effets de dérive. Mais la population basque est assez nombreuse et ouverte hors certaines vallées.
A noter, que les communautés qui possèdent collectivement des droits économiques ou politiques (droit de pacage par exemple), se restreignent souvent par endogamie.
La plus grande singularité basque est linguistique avant tout.

La différence pour le hg-mt H entre populations actuelles et populations d'il y a 5000 ans n'est pas significative.

Les différences significatives seraient sur les hg-mt V, J et K.

K est le groupe d'Otzi et se retrouverait surtout dans les Alpes. Autriche 10,5 Belgique 13 Angleterre 9 Irlande 11 France 8 Danemark 10,5 Espagne 5 Galles 9,5 Suède 1,5
J considéré d'origine du Proche-Orien (comme oar hasard le hg-Y J) : maximum en Grèce 14,5 Autriche 12 Belgique 4 Danemark 2,5 Suède 9,5, Norvège 12 Angleterre 9 Irlande 10,5 France 6 Espagne 6 Galles 9,5

Pour l'haplogroupe V il varierait localement de 0 à 20% dans les populations basques, ce qui ferait une moyenne d'environ 10%, L'article Wiki ci-dessous donne 12,4. Larticle de 2008 trouve ces chiffres surestimés pour la pop basque actuelle puiqu'il ne trouve pas V chez ses 55 adultes testés. Autriche 3 Belgique 6 Danemark 2,5 Angleterre 3,5 France 2,5 Espagne 5 Suede 6,5 Finlande 6,5 et maximum de 40% chez les Sami, voir l'article wikipedia ci-dessous :

http://en.wikipedia.org/wiki/Population_genetics_of_the_Sami

mtDNA Haplogroup V
"The averaged total of mtDNA haplogroup V in Sami populations overall is ~40% (Meinilä 2001).

Some other populations that share a higher rate of haplogroup V include the Basque (12.4%) and Pasiego people (18.6%) of the Iberian Peninsula,[1] and fellow Uralic/Finno-Ugric languages speakers, the Mari people of the Volga-Ural region of Russia (10.2%).

The founding motif of haplogroup V is 16298C (Torroni 1996). The next most common haplotype motif (also shared among populations) is 16298C–16153A, which is found in Berbers, Germans, Finns, Volga Finns, and Sami peoples (Torroni 1996). Unlike mtDNA subhaplogroup U5b HVR1 haplotypes in the Sami peoples, most of the mtDNA haplogroup V HVR1 haplotypes are seen in other European populations, as well (Torroni 2001).

Mitochondrial and autosomal DNA findings and the archaeological record indicate that mtDNA haplogroup V, along with its sister mtDNA haplogroup H (both stemmed from mtDNA haplogroup HV), likely expanded from Franco-Cantabria to Central and Northern Europe after the Second Pleniglacial, or about 12,700 to 10,600 B.C.E. (Torroni 1996, Loogväli 2004, Achilli 2004).

Matching coalescence ages and distribution patterns, and indications from the archaeological record, indicate that mtDNA haplogroup V shares a common origin and spread with mtDNA haplogroup H's subgroups H1 and H3. (Today, mtDNA haplogroup V appears widely throughout western Eurasia but at lower rates outside of Sami populations. Obversely, mtDNA haplogroup H is the most common mtDNA haplogroup in western Eurasia, and its subgroups H1 and H3 make up a large percentage of its total distribution.) Such findings regarding mtDNA haplogroups V, H1, and H3 "attest that the Franco-Cantabrian refuge area was indeed the source of late-glacial expansions of hunter-gatherers that repopulated much of Central and Northern Europe from ∼15,000 years ago" (Achilli 2004).

In addition, correlation analysis and variance and haplotype analysis indicate that mtDNA haplogroup U5b (common in Sami peoples, especially in restricted subsets, Finns, and Estonians) (Villems 2002) and y-DNA haplogroup I1a (common in Sami peoples, Finns, Estonians, Swedes, and Norwegians) also expanded alongside mtDNA haplogroup V from southwestern Europe (Rootsi 2004).

Very low sequence variation and the appearance of only the two most common HVS-I sequences in the Sami indicate that haplogroup V admixed recently from another northwestern European population/s and that a pronounced founder event occurred (Torroni 1996). According to branch length calculations, the most recent common ancestor of the Sami peoples' mtDNA haplogroup V sequences is dated at about 5,600 B.C.E. (Ingman 2006)."

Bien entendu, je ne prends pas l'article ci-dessus comme une verité révélée.

Mais au bout du compte, à vouloit trop prouver d'un sens ou de l'autre , on se retrouve dans des impasses et on ne prouve rien, sauf à user de l'argument d'autorité.

--------------------
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5144 messages postés
   Posté le 18-02-2010 à 18:44:41   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

Atil a écrit :

Si les Basques étaient des descendants des paléolithiques ayant conservé leurs allèles anciens, ils seraient de type cro-magnon.
Hors ils sont de type méditerranéen comme les autres peuples qui les entourent.


basques sont pas G qui est le méditerranéen inexistant en pays basque et peu sont descendants de cromagnon

--------------------
aime la littératures
Atil
Atil
28850 messages postés
   Posté le 18-02-2010 à 19:59:55   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

"Méditarranéen" n'est pas un allèle mais un type physique.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5144 messages postés
   Posté le 18-02-2010 à 23:20:54   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

Atil a écrit :

"Méditarranéen" n'est pas un allèle mais un type physique.


Haplogroupe Y en Arménie (méditerranéens)
G2 42 %
R1a1 22 %
R1b-ht35 11 %
F* 12 %
K 8 %
J 5 %

Haplogroupe Y en nation Basque (atlantiques)
R1b-ht15 85 %
R1a1 8 %
I 6 %
E1b, J2, G2 1%

--------------------
aime la littératures
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5144 messages postés
   Posté le 18-02-2010 à 23:25:36   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

Haplogroupe Y en Géorgie (méditerranéens)
G2 33 % (Staline)
R1b-ht35 25 % (Turgeneev)
R1a 18 %
F* 12 %
K 8 %
J 7 %

Haplogroupe Y en Irlande (atlantiques)
R1b-ht15 88 %
R1a1 12 %

--------------------
aime la littératures
Atil
Atil
28850 messages postés
   Posté le 19-02-2010 à 08:20:13   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

"Méditarranéen" n'est pas un allèle mais un type physique.
Peau claire, taille assez petite, cheveux noirs, crane dolychocéphale, etc ...


Edité le 19-02-2010 à 08:21:46 par Atil




--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
thersite
Malheureux qui comme Thersite est incompris.
thersite
663 messages postés
   Posté le 19-02-2010 à 09:40:22   Voir le profil de thersite (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à thersite   

Il semble que l'alimentation et le mode de vie interviennent beaucoup dans la morphologie.
Nous savons qu'il y a eu des changements dans les dernières générations.
Il me semblait que les basques étaient assez grands et robustes. cheveux noirs en général il est vrai. Pour le visage, ils ont souvent un type qu'on retrouve en moins net dans notre Sud-ouest et en Aragon. Tout ceci qu'impression subjective de ma part .

Pour ce qui est de dolicho/méso/ebrachy je n'ai guère l'oeil entrainé.

Je croyais qu'on les classait an général atlanto-méditerranéen.

--------------------
Atil
Atil
28850 messages postés
   Posté le 19-02-2010 à 11:20:03   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

Les Atlanto-Méditerranéens sont une branche des Méditerranéens.
Ils sont moins petits, moins frêles et moins dolichocéphales que les autres Méditerranéens.
On les retrouve dans le nord de l'Espagne, au pays basque, peut-être aussi au Portugal, sur la cote est de l'Espagne et dans le sud de la France. Les peuples celtiques des iles britanniques leurs sont apparentés ainsi que les peuples de la cote ouest de la mr noire.
Peut-être sont-ils des Méditerranéens qui se sont métissés avec des peuples plus anciens (Cromagnons ???). Leurs ancètres semblent avoir déja existé à Téviec, en Bretagne, un peu AVANT le néolithique.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5144 messages postés
   Posté le 19-02-2010 à 12:48:05   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

pourquoi des suppositions gratuites et sans fondement, on a les ADB , ils sont soit R1 soit G2 soit J2 soit E1, le reste n'est que foutaise.

--------------------
aime la littératures
Atil
Atil
28850 messages postés
   Posté le 19-02-2010 à 13:22:12   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

Les ADB ?

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
martiko
dieu, le vrai! certifié France
martiko
5144 messages postés
   Posté le 19-02-2010 à 22:17:23   Voir le profil de martiko (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à martiko   

erreur de frappe, ADN, c'est la meilleurs moyen pour identifier les populations, et si on vous dit que vous êtes le fis de votre oncle cen n'est pas l'ADN qui se trompe mais le couple, et énormément d'enfant sont engendrés par leur oncle, 5%.

--------------------
aime la littératures
thersite
Malheureux qui comme Thersite est incompris.
thersite
663 messages postés
   Posté le 20-02-2010 à 11:26:50   Voir le profil de thersite (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à thersite   

"La majorité des habitants basques au sud de la Navarre et du sud de l'Alava sont d'immigration gasconne."

==> Je ne savais pas mais c'est possible . Après la Reconquista, un quart de la population des villes espagnoles venaient d-outre Pyrénées et il y avait des quartiers "francese". Mème s'il est basé sur une originalité locale,Le Portugal fut
une création d'une branche de la maison capétienne de Bourgogne.

"et énormément d'enfant sont engendrés par leur oncle, 5%."

==> Je suis très sceptique pour l'Europe, mais en Inde, la polyandrie se développerait suite au manque de filles, les frèresse partageant une femme, alors qu'elle était avant circonscrite aux populations trés pauvres de l'Himalaya.

"Ils est maintenant avéré que l'haplotype suit la côte Atlantique en se réduisant sur une profondeur de seulement 50 km entre la Bretagne et la gascogne"

S'agit-il d'un haplotype lié à l'haplogroupe R-M153 dit 'Basque" . Une étude espagnole sur leur versant des Pyrénées a trouvé une dominance R-M153 dans les Pyrénées occidentales, mais une dominance R-SR2627/M167 dit "catalino-gascon" dans les Pyrénées Centrales (Aragon) et orientales (Catalogne). Le maximum de R-SR2627/M167 est dans le Val d'Aran . Zonz qui paral basque et maintenant le gascon descendant d'un trés mauvais latin massacré par des bascophones alors que le catalan est un moins mauvais latin moins massacré par des Ibérophones.

Wikipedia:
C'est officiellement une comarque de la région Catalogne qui a reçu un statut de semi-autononomie en 1990. L'Aran est depuis cette date le seul territoire d'Occitanie où l'occitan est langue officielle (conjointement avec le catalan et l'espagnol). Elle fait partie de Alt Pirineu i Aran

Le nom Val d'Aran est un pléonasme : il signifie « Vallée de la vallée » (val en aranais et aran du basque haran — le basque était encore parlé vers l'an Mil dans la région). Le mot aranais val (anciennement valh) est un catalanisme : le mot gascon est vath[1].

La vallée est à la frontière de deux États : la France et l'Espagne, mais aussi de plusieurs régions historiques : Gascogne, Languedoc, Catalogne et Aragon.
Linguistiquement, les habitants parlent l'aranais, une variété du dialecte gascon, qui fait partie de la langue occitane. L'aranais est un gascon pyrénéen fortement influencé par le catalan et le castillan."

Serais-il possible d'avoir une pareille étude en France "Terra Incognita" où serais-ce une dépense inutile et inopportune politiquement alors que la population est amenée à complètement se renouveler (se régénérer ?) dans l'esprit de nos technocrates franc-maçons.

Je vais me faire faire les haplotypes Y et Mt pour aider à palier cela mais mon ht-y est hennuyer du nord-est, cela n'aidera pas pour la France.
On peut penser ce que l'on veut de l'intérét personnel, vu que cela porte sur moins de 1% de l'ADN, mais pour les statistiques sur l'origine des populations locales ou régionales, c'est très important. Mais à quoi sert l'Histoire comme dirait notre ministre, ne vaut-il pas mieux spécialiser les individus et laisser le reste entre les mains de quelques experts patentés, comme votre ami Bernard-Henri.

--------------------
Atil
Atil
28850 messages postés
   Posté le 20-02-2010 à 12:04:28   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/atil/   Envoyer un message privé à Atil   

N'oublions pas non plus qu'il a existé des toponymes celtiques dans le pays basque. Ce qui montre que des Celtes y sont passé. Peut-être même que la region était composée, à une époque, d'une majorité de bascophones dirigés et encadrés par des chefs celtes.
Si on arrive à retrouver de l'arn dans les tombes, il faut donc vérifier si ce sont des tombes de chefs (celtes) ou d'hommes du peuple (basques).

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 Page suivante
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section histoire et archéologie  Le basque: Réflexions d'un passé paléolithique?Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum