LE FORUM DES CERCLOSOPHES
LE FORUM DES CERCLOSOPHES
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section histoire et archéologie 

 Les peuples de la mer

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26Page précédentePage suivante
tayaqun
loin derrière pour voir devant
tayaqun
2925 messages postés
   Posté le 09-11-2007 à 19:33:50   Voir le profil de tayaqun (Offline)   Répondre à ce message   http://homologie-historique.nuxit.net/   Envoyer un message privé à tayaqun   

Les Peuples de la Mer sont les Homologues des Vikings et Normands comme je l’ai montré dans le chapitre de « l’homologie-historique.com » consacré aux Héraclides.

http://www.homologie-historique.com/Roman/Table-des-matieres.html

Pour consulter ce chapitre il faut se signaler :
Donner le nom : autorisé
Donner le mot de passe : ésirotua

Prendre le chapitre 21 intitulé : « le retour de Héraclides ».
Merci d’avance de votre visite.

J’ai fait ci-après la libre traduction d’un récit fictif rédigé par Mageara Lorenz qui est une égyptologue qui a publié avec plusieurs collègues une série de documents traitant des Peuples de la Mer

http://www.courses.psu.edu/cams/cams400w_aek11/www/danuna.htm

Le récit fictif est évidemment intéressant car Mageara Lorenz y globalise son savoir et celui de ses collègues.
Je ne donne ci-après que la partie ou Beder, un Pirate de la Mer raconte ses aventures. On aura intérêt à rapprocher cela des déclarations de Régis Boyer (l’un des spécialistes contemporains des Vikings) qui insiste souvent sur le fait que les Vikings étaient d’abord des marchands devenant pirates selon l’occasion.
Le rapport de Wenemdiamun
Selon Megeara Lorenz
Ce récit est une fiction rédigée par une égyptologue, Mageara Lorenz, qui réinjecte ainsi une somme de connaisances portant sur l’action des Peuples de Mer durant le début de Règne de Ramsès III. Le récit est daté de l’an VIII du règne soit, selon la chronologie fournie par Peter A. Clayton (Chronique des Pharaons ; 1994 ; Castermande), en l’an VIII du règne qui s’étend entre –c.1182 et –c.1151, on aboutit en conséquence à l’année -c.1174.

L’an 8 de sa majesté roi de Haute et Basse Egypte, Seigneur des Deux Terres Ousermaâtré Méryimen, fils de Ramsès Re, dirigeant d’Héliopolis. Voici les mots rapportés par le scribe général des recrues du Seigneur des Deux Terres, Wenemdiamun, homme vénéré en Egypte. Il dit [1]:
- L’an 8 de Sa Majesté, le peuple du nord devint agité dans les terres côtières, [2] et il se dressa contre l'Egypte. Les chefs vinrent avec leurs frères, apportant femmes et enfants ainsi que leurs biens avec eux. Ils violèrent les frontières d’Egypte obstruant le delta du Nil [4] avec leurs bateaux ainsi que les chemins avec leurs caravanes.Après avoir reçu le commandement de dieu, Sa Majesté envoya au devant des envahisseurs ses soldats en armes qui renforcèrent les frontières du pays. Il rappela tous les hommes de l'Égypte, les établit dans les garnisons de la terre de Djahi, et il forma une flotte de guerre avec les plus braves équipages qu’il envoya dans le delta du Nil.
Parce que j'étais un bon scribe de bonne réputation, sa majesté me commanda d’intervenir pour superviser les troupes qui avaient pris des prisonniers dans le nord du pays. Il m'envoya à la frontière de Djahi, et je fus heureux de le faire au profit du bon dieu.
J’arrivai à Djahi après un voyage de plusieurs jours et je m’installai dans un camp du delta. Je fis venir une hommes prêts à défendre les frontières de l'Égypte. Tous les jours, mes hommes ramenaient au camp un bon nombre de prisonniers, ainsi que les mains coupés des morts et les biens provenant de leur pillage. Je voulais surveiller le comptage des prisonniers ainsi que leurs biens qui furent réunis dans un seul endroit afin de les rapporter en hommage dans la maison du roi. La plupart de leurs biens étaient de peu de valeur, c’était des pots et des plats d'argile faits au tour avec des oiseaux peints avec un pigment noir [5]
J'avais pris comme serviteur un Shardana [6], qui comprenait la langue d'un grand nombre de prisonniers. Il s’approchait les hommes femmes et enfants capturés et leur demandait :
- Quel genre de personne êtes vous?
Et ils répondaient :
- Je suis Shekelesh", ou Dananéen, Weshesh ou Shardana.
Mais le plus grand nombre d'entre eux disaient qu’ils étaient Philistins ou Tjekkers. Je n'avais jamais rien vu de semblable auparavant. Ils portaient des boucliers ronds avec des lances ou de très lourdes épées ; ils étaient nombreux à porter des chapeaux à plumes.
Un jour, alors que je m’assurais que les captifs étaient solides et en bonne santé avant de les expédier dans les bastions de Sa Majesté, l'un des philistins me parla. C'était un homme ni jeune ni vieux, mince des membres mais avec le corps puissant. Il me parla en éVous, monsieur, dîtes moi ce qui va se passer pour nous? Sommes-nous condamnés à être tué, ou bien deviendrons-nous domestiques ?
Je fus étonné de l'entendre parler égyptien et je m’arrêtai donc pour parler avec lui.
- Non, dis-je, vous ne serez pas éliminés si vous vous soumettez volontairement à Sa Majesté, le Seigneur des Deux Terres, Ousermaâtré Mériyamen - vie, prospérité et santé pour lui. Le Dieu de toutes les terres, Amon Ré, a décrété votre capture, mais si vous faîtes ce qui est bon, vous serez tous installés dans des bastions du roi [7]. Là, vous deviendrez citoyens de l'Égypte et ferez du bon travail au service de Sa Majesté, et vous lui paierez vos impôts pour vos habits et vos semences tout en étant de fidèles serviteurs agissant en son nom.
Le Philistin répondit :
- Je suis fidèle à celui qui me nourrit et m’habille ; moi, je me soumets volontiers à votre roi mais j'ai femme et enfants avec moi.
Je lui ai dit : - « je m'efforcerai de voir pour que vous soyez bien soignés. Mais dites-moi, qui êtes-vous, et comment êtes-vous venu à parler égyptien? »
Il répondit : - "Mon nom est Beder [8], et quand j'étais très jeune, je servais sur un navire qui transportait des marchandises entre l’Égypte, Chypre et Canaan. C’est ainsi que je suis arrivé à parler égyptien. Mais le commerce de ces dernières années n’est plus ce qu’il était ; mes compagnons et moi-même nous ne faisions plus de profit. Et donc je me suis tourné plutôt vers la piraterie car avec le butin je pouvais prendre soin de ma famille. "
Je lui ai demandé alors comment il en était venu à s'unir avec les autres peuples et à se déplacer vers l'Égypte.
- Vous devriez vous asseoir, seigneur, afin de m’écouter car mon histoire est longue.
Ce que j’ai été heureux de faire, car j'avais travaillé toute la journée, et mes fonctions étaient fatiguantes. J'ai donc ordonné à mes serviteurs de m'apporter une chaise, de faire du pain et de la bière fraîche pour Beder et moi-même. Je libérai également Beder des chaînes qui l’entravaient et celui-ci me raconta son histoire que j’écoutai quand je fus assis. Voici l'histoire qu’il me conta:
- "Je suis né sur l'île de Chypre [9]. Durant des centaines d'années avant moi, mes ancêtres venaient régulièrement du nord par la mer et négociaient avec la population de cette île ; plusieurs d’entre eux s’installèrent et se marièrent à la longue tout en introduisant leurs coutumes avec eux.[10].
Moi, j’ai vécu la majeure partie de ma vie sur les navires, plus qu’à terre, je me sentais chez moi partout sur l'océan. J'effectuais des échanges au service des gouvernants de Chypre et d’Ougarit [11]. Les navires sillonnaient les routes maritimes et transportaient du cuivre et des marchandises délicates, du bois de Canaan ainsi que les bonnes choses provenant d'Égypte : or, chevaux, chars, lin, ébène, ivoire et huile.
De nos jours, il est arrivé qu’à un moment le commerce se mit à s'essouffler. Il y arriva beaucoup de problèmes à la royauté de Hatti. Les chefs des terres qui se trouvaient sous la férule du roi du Hatti se rebellèrent et les terres s’embrasèrent en mesquines chamailleries [ 12]. Les ports débordèrent de navires de guerre, et le vol se répandit sur les voies d'eau que mes compagnons et moi empruntions pour voyager.
Nous avons aussi commercé dans les îles et les régions côtières du nord et de l'ouest, où nous avons pu acquérir de l'huile d'olive raffinée, des objets en métal et de laine [13]. Mais la difficulté est également tombé sur ceux qui avaient esayé. Les navires qui venaient à eux pour apporter des métaux bruts utilisés en artisanat ainsi que le pourpre pour teindre la laine étaient de moins en moins nombreux tout en ayant peu à échanger. De plus, les dieux les avaient désapprouvé en leur envoyant la sécheresse de sorte que les cultures échouaient [14]. Les grands seigneurs du palais ont commencé à se battre les uns contre les autres, et les rois ont commencé à se chamailler avec leurs propres fonctionnaires [15].
Ceci se passa durant de nombreuses années, et chaque année, la route commerciale permettait de moins en moins de profit. Un jour, alors que j'avais passé plusieurs mois sur les routes commerciales et que j’étais rentré à la maison avec presque rien en main ; j’étais au désespoir quand je mis le pied sur le sol de ma Patrie. Je marchais vers ma maison avec tout le poids d'un joug de boeuf au cou. Mon épouse et mes enfants coururent pour m’embrasser ; mes enfants étaient tout excités.
- Père, qu'est-ce que vous nous avez apporté ?
- M’embrassant, mon épouse me damanda : - 'Beder, mon chéri, a chère, quel sera votre don, cette fois-ci? Avez-vous des boucles d'oreilles en forme de fleur étoilée de Canaan, ou bien un collier de Kaphtor pour moi?
Je lui dit: - Est-ce que jaurai quelque chose à vous donner, mon joli oiseau ? Mon capitaine a pu à peine me payer le moindre salaire. L'or et l'argent que nous avons eu furent à peine suffisants pour acheter les fournitures nécessaires au voyage ! Qui plus est, nous avons perdu beaucoup de nos marchandises lorsque nous avons été abordé par les Dananéens. Beaucoup des anciens ports nous sont fermés et, du rivage, les forteresses nous saluent bien. De plus certaines des grandes villes de l'ouest des terres qui commerçaient avec nous gisent en ruines en dépit de leurs grands forts, et les gens fuient vers les montagnes. "[16]
Ma femme joignit les mains jointes en soupirant de tristesse, et mes enfants pleurèrent. Ma femme cria :
- Ah, ça ne sert à rien de se plaindre, Beder. Pourquoi ne pas te joindre aux pirates et pillards qui errent sur les mers? Il semble qu'il semble bien que cela soit plus lucratif ; Il faut rejoindre un équipage de Dananéens et Shekelesh, et ramener le trésor de ces terres saturées d’or qui vous refusent maintenat l'entrée de leurs ports.
Au début, j'ai ri à une telle proposition. Mais je voulus voir assez rapidement les avantages de la piraterie. Pour mon capitaine et plusieurs de mes compagnons qui me rendirent visite peu de temps après avoir été écartés de l’organisation de la prochaine saison de la flotte de la marine marchande ; c’étaient des nouvelles bien amères qu’ils m’apportaient.
Il semblait que le roi d'Ougarit avait décidé de réemployer que la moitié seulement des navires marchands de Chypre qu'il avait en général à son service. Pour payer les bateaux, il n’avait plus l’or qui avait mis dans la construction des nouvelles fortifications et dans l’armement de la flotte de guerre qui gardait ses ports. Et donc, notre bateau n'avait pas à sortir de l'eau pour une nouvelle saison d’échanges commerciaux.
Mes compagnons et moi étions désespérés de ce qu’il fallait faire. Nous nous sommes assis dans la salle des invités de ma petite maison, nous avons mangé du vieux fromage et nous avons bu le dernier reste de vin égyptien que que j'avais ramené de mes voyages, et pas un homme ne parla pendant un certain temps. Chaque oeil évitait le regard de l’autre. Finalement, j’ai dit:
- Comment, alors, allons nous faire au cours de cette 'année? Au service de qui notre bateau va-t-il se mettre à courir maintenant?
Mon ami, Padi, a répondu:
- Nous ne sommes au service de personne maintenant, mais seulement au nôtre, Beder. Si nous voulons survivre, nous devons nous occuper de notre propre travail.
Je me suis souvenu de ce que mon épouse avait dit, et je lui ai demandé : - Est-ce que vous suggérez, alors, que nous devenions pilleurs?
Le capitaine Ada prit alors la parole : - Beaucoup d'autres équipages ont rejoint la flotte des pirates sardes qui parcourt les mers de la région. Pourquoi pas nous? Nous avons mieux à faire qu’à nous languir ici.
À cette remarque, je fus très affligé : - Mais Notre Dame Petigayah [17] méprise les criminels ! Je me mis à pleurer.- Comment est-ce que je peux devenir pirate? J'ai toujours gagné ma vie honnêtement. Je refuse le piratage.
Ada répondit : - Fais ce que tu veux, Beder. Mais je pense que tu es un idiot si tu ne saisis pas l’occasion. En outre, Petigayah protège ses sujets quand ils sont dans la détresse. Je suis convaincu qu'elle sera à nos côtés et qu’à chaque instant elle sera à la proue de nos navires.
Ma femme, qui était en train de remplir nos coupes s'agenouilla alors à côté de moi et plaça ses bras autour de moi pour m’amadouer. - Allez, Beder, pense à ta famille me dit-elle. Tu sais que nous devons manger. Ne sois pas idiot. Ce sont les pirates et les braqueurs qui prospérent ces jours-ci ; rien ne va plus dans le négoce !
Ainsi donc, elle prit parole et avec mes compagnons elle fut persuasive sur les avantages de la piraterie et finalement, j'ai accepté. Notre bateau cessa de travailler en respectant toutes règles. Nous avons sillonné les mers, piratant les villages situés en bordure des routes maritimes et nous avons pris à l’abordage les navires marchands.
Pendant plus de dix ans, j'ai poursuivi cette carrière douteuse. Je pourrais vous raconter beaucoup d'histoires de choses vues dans les lieux que nous avons visités. Nous avons vu des choses dont aucun de vos marins égyptiens ne pourra rêver, je peux vous en assurer. Une fois, mon bateau a été pris dans une terrible tempête, et il fut jeté à terre sur une île lointaine au milieu de la mer. Comme nous l'avons réparé le bateau, nous avons vite été à court de provisions et nous avons été forcés de vivre en mangeant les plantes étranges qui poussaient sur l'île. Deux de nos hommes disparurent, et un autre sortit mais revint en délirant comme un chien fou ; il disait qu'il avait été capturé par une tribu de femmes monstrueuses dont le corps était entièrement recouvert de fourrure. Il leur échappa avec peine mais, peu de temps après il mourut d’une étrange maladie. À une autre occasion, notre navire faillit chavirer sous le coup d'une bête gigantesque et puissamment armée, elle venait des profondeurs. Nous étions à peine capable de la repousser avec avec nos lances. Mais cela ne concerne pas mon histoire
-- Je vous dis comment je suis arrivé à rejoindre ce groupe et le voyage vers l'Egypte.
Au fil des années passées, même la piraterie cessa d’apporter le profit qu’elle avait auparavant. Les navires marchands devinrent encore moins nombreux et plus vigilants tandis que leurs équipages devinrent plus belliqueux et féroces que jamais. Il devint alors plus rentable de lancer des raids sur les terres côtières. Mais cela fut assez difficile car la plupart des terres mirent sur pied de grandes fortifications de pierre et cela se faisait sur une gigantesque échelle. Une petite flotte de navires pirates avait très peu de chance de forcer une telle défense.
Mais entre temps, il arriva que le Royaume Hittite était tombé dans le plus complet désordre. Il se disait que le roi Suppiluliuma [18] ne pouvait pas tenir beaucoup plus longtemps. Sa grande royauté serait bientôt terminée et dans le même temps notre affaire de pirate allait de mal en pis !
Il advint que les chefs de la mer des pirates philistins se réunirent pour discuter de notre lamentable situation. Même certaines des plus riches régions de Chypre avaient été attaquées par notre propre peuple et par d'autres qui, jadis, avaient servi en tant que commerçants et qui ne pouvaient plus que se tourner vers le pillage.
Les chefs parlèrent entre eux et décidèrent qu'il serait préférable de s'unir et de pousser vers le sud. Les Cananéens étaient toujours riches et heureux ; après tout ils pouvaient offrir de quoi piller voire même être intéressés par le commerce. Peut-être que certains d'entre nous pouvaient aller en Egypte, et même s’ils étaient capturés, comme je le fus, comme l’Egypte ne manque jamais de rien, les prisonniers de guerre sont souvent mieux lotis que ceux qui vivent librement dans les régions les plus pauvres du nord. En tout état de cause, les chefs décidèrent que, si nous unissions nos force avec vigueur nous pourrions attaquer le Hatti qui était faible et blessés, et nous pourrions ensuite passer au Mukish, à Ugarit et Amurru.
Les navires des Philistins formèrent une grande flotte qui s’unit avec la proche tribu des Tjekkers. Je me réjouissais à l'idée de voyager vers le sud. Je pris ma femme et mes enfants et ceux-ci embarquèrent sur un bateau avec beaucoup d'autres femmes et d’enfants de notre peuple, avec des fournitures diverses, des chevaux et des bœufs. Quand ils atteignirent le continent, ils se mirent en route avec une garde armée, ils prirent la route pour Amurru. J’allais au devant d’eux dans un bateau qui avait pour équipage les plus féroces de nos combattants, et nous montrâmes la route à suivre à notre grande flotte jusqu’au pays du Hatti.
Je dois vous dire honnêtement que, lorsque nous abordâmes le rivage ennemi final de notre destinée, jétais en fait terrifié. Chaque membre de mon corps tremblait car je connaissais la puissance hittite. Après tout, Hattousas n'avait-il pas été le plus puissant royaume du monde en dehors de l'Egypte depuis l'époque de nos ancêtres? Je savais aussi qu’avant la nôtre, plusieurs autres flottes chypriotes avaient essayé de livrer bataille aux Hittites, et n’avaient eu qu’un succès limité dans leurs tentatives précédentes. Mais je n'ai pas besoin de tant pour
La flotte qui était venue à notre rencontre n’avait rien d’un grand mur de feu et de fureur que j'avais prévu, mais c’était un petit nombre de navires, mal préparé. Il semblait que le roi du Hatti était trop occupé à essayer de protéger sa peau et celle de ses propres parents pour préparer une bonne flotte. Nous capturâmes les navires et les équipages se rendirent à merci en l'espace d'une heure. Certaines des équipes se composaient de Shardes et de Shekelesh ; ils travaillaient au le service des Hittites après avoir fait défection de notre propre côté. Ils avaient entendu parler de la chute du royaume hittite par les lévites et savaient que les eaux du déluge éclateraient avant cela.
Après avoir vaincu la flotte hittite, nous accostâmes dans les ports et à terre, avec nos chars et nos armes. Certains de nos hommes allèrent vers le sud, accompagnant femmes et enfants dans leurs chars à bœufs, tandis que d'autres marchèrent vers la plus grande ville Hittite où se trouvait le roi. Il fallait plusieurs jours de marche pour atteindre Hattousas, et tout au long nous rencontrâmes guerre et chaos. Nous traversâmes Tarse, qui était déjà en flammes, et nous volâmes le trésor de la ville. On s’arrêta à de nombreux endroits pour attaquer et piller les petites colonies rencontrées puis d'autres bandits et vagabonds nous rejoignirent, c’étaient des Lukka, des Dananéens et desWeshesh.
Quand on arriva enfin à Hattousa, la ville était déjà en ruines. Beaucoup fuyaient en apprennant notre arrivée ; les combats civils avaient tout cassé. On constata qu’il était facile de chasser les habitants du palais et de les dérober du peu qui restait après le départ de population. Nous quittâmes Hattousas dont la terre brûlait.[19].
Ensuite, nous fîmes mouvement vers le sud pour Ougarit sud. Le peuple d'Ougarit était devenu trop mou et rendu trop paresseux par sa richesse pour nous résister ; on détruisit leur flotte et o saccagea leur ville en l'espace de quelques jours. Le peuple avait déjà fui alors que les lettres (tablettes) qui commandaient son aide étaient encore ans leurs fours de cuisson.
On passa par Kode, Karkemish et Arvad, les laissant tous engloutis par le feu [20]. On installa le camp en Amurru puis on reprit notre route vers le sud de nouveau, poussant vers l'Égypte. Ma femme et mes enfants vinrent par la voie terrestre pendant que j’allais par la mer. J’étais en Méditerranée non loin de l’embouchure de votre Nil là où ma flotte rencontra vos navires égyptiens [21].
Jamais je n'ai vu un tel spectacle démoniaque. Nos propres navires se présentaient au devant du port, ils ne se déplaçaient qu’à l’aide de leurs voiles, et nous on se réjouissait de voir la côte de l'Égypte. Mais votre Seigneur nous avait déjà préparé un envoi de ses navires. On n’eut pas le temps de réaliser où nous en étions avant que les bateaux soient déjà sur nous. Ils avançaient propulsés par le travail à pleine vitesse des rames, et on se retrouva sous une pluie de flèches venant de vos bateaux.
Je désespérais de trouver ce qu'il fallait faire, nos marins n'étaient pas armés et se trouvaient sans projectiles. Il aurait fallu anticiper la situation mais nous ne l’avions pas fait. Et donc, épées, lances et boucliers ronds se trouvaient avec nous, et nous nous étions à terre pendant que vos mettaient en pièce les nôtres. Certains de ces navires furent envahis par des Egyptiens, d'autres furent renversés de sorte que tout le monde et la cargaison versaient dans l'eau. Il y avait autant de Shardes parmi les marins égyptiens que parmi nos propres troupes de sorte qu'il était devenu impossible de dire qui était ami ou ennemi.
J’étais là craignant pour ma vie quand un bateau égyptien frappa de tout son bord notre navire qui en perdit sa figure de proue en forme d’oiseau qui l’embellissait ; et notre navire bascula terriblement. Un de mes braves compagnons perdit pied sur le pont, il glissa et plongea dans l’eau. Il resta dans la zone du navire égyptien et il fut battu à coups de rames. À la longue, il disparut de la surface, et je ne le revis plus.
J'entensais les cris des hommes sur les autres navires qui étaient enchevêtrés dans la flotte égyptienne, et j'offris une grande prière à Petigayah, en disant: - Si vous me laissez en vie, Dame, avec ma femme et mes enfants et survivre à cette journée, Dame, je serai le plus dévoués de vos serviteurs et je ne commettrai plus jamais de crime!
Mais à peine eus-je la chance de négocier avec elle quand bateau égyptien frappa notre navire à nouveau, et je me retrouvai finalement sous l'eau. Je me dis alors : - Beder, vieux fou, ton heure est arrivée. Tu aurais dû suivre dès le début tes convictions sur le piratage.
Je restai là sur le pont du bateau égyptien, tout gelé et trempé de saumure, toussant sans savoir s’il fallait pleurer ou sauter de joie. Pour moi, je savais d’abord que selon la règle, je devrais rester en Egypte, au Service du Roi, - votre Seigneur qui est aussi le mien, - c’en était fini de mes problèmes et ce pour longtemps sans revoir toutefois ma famille. Mais d'un autre côté, si je devais être tout simplement éliminé, tous mes efforts pour rester vivant auraient été vains.
Mais maintenant je suis ici, sain et sauf et je suis arrivé dans cette maison. Pour être finalement heureux, je voudrais pouvoir réunir ma famille! Je ne serais complètement heureux qu’après.
J'écoutais tout ce récit avec grand étonnement, très impressionné par l'éloquence de l'étranger Je le pris à mon propre service, le traitant comme un invité selon les meilleures manières de l’hospitalité. J'ordonnai que sa femme, sa fille et son fils fussent retrouvés et réunis ici avec lui.
La guerre avec les habitants du Nord continua pendant plusieurs mois, et un moment le Seigneur des Deux Terres lui-même voyagea dans le nord pour vérifier l’évolution des mesures prises pour le combat. Il fut heureux du nombre des prisonniers et de l'efficacité des défenses aux frontièresComme il passait à travers mon propre camp, il me rendit visite, j’étais un de ses généraux privilégié. Je pus faire porter son attention sur Beder. Je lui dis : - Si par son récit il vous donne autant de plaisir qu'il me donna, me permettrez-vous de le prendre et d’en faire un serviteur personnel plutôt que de l’envoyer dans un des bastions de votre Majesté?
Le Bon Dieu répondit :
- Très bien, Wenemdiamun, c'est une demande que j’accorderai. Faîtes venir le Philistin devant moi, et s'il peut me dire un conte qui me ravisse autant qu’il le fit pour vous, vous pourrez l’avoir.
Et c’est ainsi que je fis venir Beder devant nous, en présence du Bon Dieu qui était assis sous son parasol de voyage. Lorsque le Philistin vit sa Majesté Seigneur des Deux Terres, il se prosterna et demanda comment il pouvait rendre service.
- Beder, lui dis-je, si tu racontes une histoire qui puisse ravir le Bon Dieu, je pourrai ensuite t’amener chez moi et je ferai de toi le plus estimé des serviteurs de mamaison. Je parlerai en faveur de ton fils pour le marier à ma nièce, et je te donnerai une bonne partie de ma propriété, ainsi tu deviendras mon propre fils. Maintenant, dis-nous une belle histoire et sois éloquent!
Atil
Atil
32952 messages postés
   Posté le 09-11-2007 à 20:46:37   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   https://atil.pagesperso-orange.fr/   Envoyer un message privé à Atil   

Oui, j'avais déja lu ce récit , mais je ne savais plus sur quel site.

Je trouve qu'il part trop de la vision "On s'est fait pirates à cause du marasme économique".
N'oublions pas que la migration des peuples de la mer n'est jamais que le dernier contrecoups de migrations antérieures s'étant produites dans les Balkans.

Bon ... Si on veut chercher des homologies ... les Vikings installés en Normandie pourraient-ils correspondre aux peuples de la mer Philistins installés en palestine ?
... Ha non : Les Normands ont ensuite envahi l'Angleterre alors que les Philistins n'ont plus rien envahi.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
le duc
le mieux est l ennemi du bien
le duc
189 messages postés
   Posté le 09-11-2007 à 22:41:11   Voir le profil de le duc (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à le duc   

je comprends pas pourquoi il faut chercher des rapports entre des évènements séparés de 2000 ans et des milliers de kilometres et ave c des personnes de cultures différentes
Atil
Atil
32952 messages postés
   Posté le 09-11-2007 à 23:06:47   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   https://atil.pagesperso-orange.fr/   Envoyer un message privé à Atil   

Ca sert à voir si cette théorie vaut quelque chose ou pas.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
tayaqun
loin derrière pour voir devant
tayaqun
2925 messages postés
   Posté le 10-11-2007 à 11:53:56   Voir le profil de tayaqun (Offline)   Répondre à ce message   http://homologie-historique.nuxit.net/   Envoyer un message privé à tayaqun   

Les Vikings deviennent des Normands qui iront à leur tour semer la panique en Méditerranée, en contacts d'autres "pirates" : les Sarrasins. Le phénomène est concomitant avec celui des migrations hongroises et avec l’effondrement des empires voire avec l’éclatement de certains.

C’est exactement ce qui se passe autour de –c.1200 !
Il y a là une homologie majeure sans compter le mode d’action.
De plus, il n’y a pas tripatouillage des données puisque la règle a été donnée antérieurement à l’observation.
Le récit fictif écrit par Mageara Lorenz (qui est égyptologue, une vraie) condense la somme de son savoir… Le récit ne prétend pas relater tout le phénomène mais je crois qu’il est fidèle « au fond de l’air »… C'est pourquoi il ne contient pas de contre-vérité, c'est aussi pourquoi il est éclairant.
La doc vient au départ de l'Université de Pennesylvanie... J'ai contacté précédemment le directeur de la bibliothèque universitaire.
tayaqun
loin derrière pour voir devant
tayaqun
2925 messages postés
   Posté le 10-11-2007 à 12:06:08   Voir le profil de tayaqun (Offline)   Répondre à ce message   http://homologie-historique.nuxit.net/   Envoyer un message privé à tayaqun   

certains chercheurs précisent que les philistins sortaient de Crète... Et toujours certains chercheurs font d'étroite relations entre les Doriens et la Crète... Et certains chercheurs voient une relation entre les Doriens et la conquête du Péloponnèse...
Le tout se passant dans un laps de temps assez serré.

Personnellement, je pense qu'il y avait au moins trois branches parmi ces Peuples de la Mer
- une branche issue des côtes d'Asie Mineure
- une branche issue de Libye
- une branche "grecque" : dorienne.
La branche d'Asie Mineure dut se condenser en Phénicie qui garda l'esprit de voyageurs au long cours. Je crois pas d'ailleurs que ceci soit tellement révolutionnaire.
le duc
le mieux est l ennemi du bien
le duc
189 messages postés
   Posté le 10-11-2007 à 12:31:45   Voir le profil de le duc (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à le duc   

Atil a écrit :

Ca sert à voir si cette théorie vaut quelque chose ou pas.

ca vaut rien
on trouvera toujours des similitudes entre des périodes différentes
naissance d un empire ,expension et décadence
Atil
Atil
32952 messages postés
   Posté le 10-11-2007 à 12:42:54   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   https://atil.pagesperso-orange.fr/   Envoyer un message privé à Atil   

Ce qu'on constate d'aprés les textes c'est que les Doriens ont envahi la Grèce, et qu'à cause de ca plein de Ioniens, d'Éoliens et d'Achéens se sont enfuit sur les cotes d'Anatolie en en soumetant les habitants. Ensuite, les invasions des peuples de la mer, ca semble correspondre à des troupes peuples divers conduits par des Grecs. Idem en Lybie : il est probable qu'on avait affaire à des Berberes encadrés par des Grecs ayant traversé la Méditerranée. D'ailleurs, la Cyrénaïque sera une colonie grecque.
Et les invasions Doriennes elle-mêmes sont probablement dues à une fuite devant l'avancée des Thraces et Phrygiens dans les Balkans.

Homologiquement, cesw peuples qui se chassent les uns les autres me font plus penser aux Magyars qu'aux Vikings.
Les Magyars eux-mêmes étaient encadrés par les Kabars, un clan de Kazars. Et ils fuyaient l'avancée des Petchénègues.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
tayaqun
loin derrière pour voir devant
tayaqun
2925 messages postés
   Posté le 10-11-2007 à 12:59:14   Voir le profil de tayaqun (Offline)   Répondre à ce message   http://homologie-historique.nuxit.net/   Envoyer un message privé à tayaqun   

Il me semble que tu perçois ce que j'appelle la chronhomologie.
Il me semble que l'homologie appliquée à l'histoire est un outil intéressant voire passionnat mais qu'il faut rester tête froide.
Cela peut permettre de mieux appréhender des périodes délicates.
Pour en revenir au parallèle entre ces deux périodes, elle permet de saisir ce que j'appelle la chronhomologie; ce serait un peu comme le fond de l'air d'une époque.
le duc
le mieux est l ennemi du bien
le duc
189 messages postés
   Posté le 10-11-2007 à 18:10:43   Voir le profil de le duc (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à le duc   

saisir ce que j'appelle la chronhomologie; ce serait un peu comme le fond de l'air d'une époque.[/citation]


la ok, mais baser une théorie la dessus ............
Atil
Atil
32952 messages postés
   Posté le 10-11-2007 à 18:52:15   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   https://atil.pagesperso-orange.fr/   Envoyer un message privé à Atil   

Le fond de l'air effraie.

... Heu ....Le fond de l'air est frais

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
tayaqun
loin derrière pour voir devant
tayaqun
2925 messages postés
   Posté le 10-11-2007 à 19:03:45   Voir le profil de tayaqun (Offline)   Répondre à ce message   http://homologie-historique.nuxit.net/   Envoyer un message privé à tayaqun   

La i o...

Je n'ai pas édifier une théorie.
En mettant bout à bout les travaux d'historiens de renom qui font de l'homologie sans le savoir, j'ai mis en évidence un phénomène qui vous est gracieusement exposé sur
http://homologie-historique.nuxit.net/
mettre le nom : autorisé
mettre le mot de passe : ésirotua

et vous aurez cher duc un fond de l'air qui fait 26 chapitres éditables sur environ 400 pages.
L'air n'est pas que frais il est zépais!
Conseil: utiliser une des deux icônes qui permet une vue plein écran.
tayaqun
loin derrière pour voir devant
tayaqun
2925 messages postés
   Posté le 10-11-2007 à 19:10:59   Voir le profil de tayaqun (Offline)   Répondre à ce message   http://homologie-historique.nuxit.net/   Envoyer un message privé à tayaqun   

Ceci dit, Atil, je crois que ta remarque en "jeu de mots" n'arrive pas sans raison et que tu pointes ainsi un des aspects.
Pendant longtemps, j'ai cru que j'allais déboucher sur un paradoxe tellement j'étais moi-même dubitatif.
Atil
Atil
32952 messages postés
   Posté le 10-11-2007 à 21:50:08   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   https://atil.pagesperso-orange.fr/   Envoyer un message privé à Atil   

Il y a une chose que j'ai vaguement remarqué mais sans jamais la fouiller :

je ne sais pas si ca à voir aussi avec des cycles ou à une "loi de l'histoire" (ou à la manière que nous avons de la modéliser) .. mais je constate que chaque grande civilisation passe par trois grande stades (entrecoupés par des périodes de déclin) avant de finalement décliner et disparaitre.
Il y a ainsi eu trois "empires" égyptiens.
Et je vois aussi trois grandes parties dans l'histoire de la Chine.
Et il y a eu aussi trois phases synchrones dans les civilisations anciennes du Mexique et des Andes.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
tayaqun
loin derrière pour voir devant
tayaqun
2925 messages postés
   Posté le 11-11-2007 à 11:31:52   Voir le profil de tayaqun (Offline)   Répondre à ce message   http://homologie-historique.nuxit.net/   Envoyer un message privé à tayaqun   

J'aimerais mettre en évidence la série causale qui crée le cycle. Mais c'est une autre paire de manches.
Beaucoup confondent une "monstration" avec la démonstration. Je sais que je n'ai fait qu'une "monstration".
Ceci dit, comment qualifierais-tu chaque phase du Cycle?
Atil
Atil
32952 messages postés
   Posté le 11-11-2007 à 12:46:03   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   https://atil.pagesperso-orange.fr/   Envoyer un message privé à Atil   

Que veux-tu dire par qualifier ?

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
tayaqun
loin derrière pour voir devant
tayaqun
2925 messages postés
   Posté le 11-11-2007 à 17:10:39   Voir le profil de tayaqun (Offline)   Répondre à ce message   http://homologie-historique.nuxit.net/   Envoyer un message privé à tayaqun   

Le nom par exemple, lequel donne parfois des renseignements sur le contenu, tel: Les Invasions, ou l'apogée ou la période intermédiaire (qui ne renseigne pas trop mais...
Atil
Atil
32952 messages postés
   Posté le 11-11-2007 à 17:39:05   Voir le profil de Atil (Offline)   Répondre à ce message   https://atil.pagesperso-orange.fr/   Envoyer un message privé à Atil   

Quand on qualifie une période de temps vraiment vaste, les noms sont souvent peu précis :
Que peut-on tirer d'expression comme "ancien, moyen ou nouvel empire égyptien" par exemple ?
Même les expressions "antiquité" ou "moyen age" ne sont guères parlantes.

--------------------
...à mon humble avis.

#Atil
zorglub
zorglub
3044 messages postés
   Posté le 12-11-2007 à 00:57:10   Voir le profil de zorglub (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à zorglub   

MOI, je dis, MOI, encore que je dis que faut savoir choisir.

L'homologie te permet d'anticiper.

Alors, anticipe...


Sinon, a quoi ca sert en finalité (peuple de la mer ou pas)?
le duc
le mieux est l ennemi du bien
le duc
189 messages postés
   Posté le 12-11-2007 à 13:19:56   Voir le profil de le duc (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à le duc   

Les Vikings deviennent des Normands qui iront à leur tour semer la panique en Méditerranée, en contacts d'autres "pirates" : les Sarrasins. Le phénomène est concomitant avec celui des migrations hongroises et avec l’effondrement des empires voire avec l’éclatement de certains.

C’est exactement ce qui se passe autour de –c.1200


ca va un peu vite la comparaison les vikings ne sont pas un regroupement de 'peuples 'de differents pays comme les peuples de la mer (asie mineure ,grece,afrique du nord ,iles ,medt ,illyrien,etc;;
et meme leurs motivation
homologie peut se retrouver dans n importe quoi la naissance d' une galaxie son expension et sa fin,la pomme de terre ,sa naissance ,en graine ,son developpement et sa fin dans un estomac :))))
pourquoi pasplus serieux avec la france sous charlemagne ou napoleon,etc..
pour moi,ca ne mene pas a grand chose cette homologie
tayaqun
loin derrière pour voir devant
tayaqun
2925 messages postés
   Posté le 12-11-2007 à 16:07:49   Voir le profil de tayaqun (Offline)   Répondre à ce message   http://homologie-historique.nuxit.net/   Envoyer un message privé à tayaqun   

Ce qui est bien avec toi, le duc, c'est que tes remarques auraient tendance à montrer que tu n'as pas visité le site pour parler en connaisaance de cause sinon tu n'aurais pas écrit cela.
Je t'ai donné l'entrée à l'intégralité du site...
Un physicien comme David Cosandey, auteur d'ouvrages dont l'un est "le secret de l'occident" où il invente le concept de "thalassographie articulée lui, a pris la peine de lire et de souligner quelques points que nous avons en commun.
Tu as le droit d'en discuter puisque je mets le sujet sur le tapis mais j'attends des critiques de fond et nom pas des brèves de comptoir.
le duc
le mieux est l ennemi du bien
le duc
189 messages postés
   Posté le 12-11-2007 à 22:27:43   Voir le profil de le duc (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à le duc   

on trouve des cycles dans tout,cest simple mais tu vas deduire quoi de tout ça
des mecs avec bac +12 ont aussi ecrit des conneries 'physicien comme David Cosandey' cela me fait penser a la metamatiere
le duc
le mieux est l ennemi du bien
le duc
189 messages postés
   Posté le 12-11-2007 à 23:11:26   Voir le profil de le duc (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à le duc   

j'attends des critiques de fond et nom pas des brèves de comptoir.[/citation]

pour les peuples de la mer j attends du concret,des cartes, des textes anciens ,des infos historiques armes utilisées , les differents type de navires ,le commerce entre 1500 et 1000 av JC,les differents peuples ,les ports ,les coutumes et religion,etc..
l homologie si tu veux mais mets tes infos dans la partie philo ou autre
pour l histoire on base des hypotheses avec des éléments concrets
je ne sais pas ce que les autres pensent de tout ça mais il n y pas de posts
tayaqun
loin derrière pour voir devant
tayaqun
2925 messages postés
   Posté le 13-11-2007 à 10:42:23   Voir le profil de tayaqun (Offline)   Répondre à ce message   http://homologie-historique.nuxit.net/   Envoyer un message privé à tayaqun   

Les Vikings donc: celui dit a étudié la question sait que cette dénomination recouvre une incroyable complexité des origines: Norvégiens, Suédois, Danois, Irlandais, Normands, Bretons et ceux de la Baltique.
J'amène 400pages de doc et leduc ne les trouve pas.
Il ne prend pas connaissance du dossier et repousse le tout d'un coup de bras. C'est la nouvelle génération scientifique?

S'il n'y a pas trop de posts c'est parce que certainss ont vidé ce forum de son ouverture d'esprit.
Encore un effort et tu seras seul ici.
le duc
le mieux est l ennemi du bien
le duc
189 messages postés
   Posté le 13-11-2007 à 18:03:43   Voir le profil de le duc (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à le duc   

[citation=tayaqun]Les Vikings donc: celui dit a étudié la question sait que cette dénomination recouvre une incroyable complexité des origines: Norvégiens, Suédois, Danois, Irlandais, Normands, Bretons et ceux de la Baltique.

les norvegiens suedois ,danois ont la meme origine etnique ce sont a cette epoque des vikings comme les normands ou ceux de la baltique arrivés de sde scandinavie a la difference des peuples de la mer un libou d afrique ou un acheen d' europe ,un louka d asie mineure par exemple
Les peuples en contact avec les Vikings leur ont donné différents noms : Normands pour les Francs, Danois pour les Anglais, Rus pour les Slaves,encyclopedia
pour les bretons et les irlandais ce ne sont pas des vikings mais ont subis leurs attaques
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26Page précédentePage suivante
 
 LE FORUM DES CERCLOSOPHES  Forums des anciens  Section histoire et archéologie  Les peuples de la merNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum